Swan Hill – Au bout du rêve, Anna Jacobs

Swan Hill, Au bout du rêve

Anna Jacobs

Editions de l’Archipel

Quatrième de couverture

Le deuxième volet de la série Swan Hill, par l’auteure de la trilogie Cassandra 
 
1868. La jeune Ismay n’a qu’une envie : quitter l’Irlande pour aller rejoindre son frère Bram à Swan Hill, en Australie, là où il s’est installé avec l’ambition de faire fortune.

Mais son père veut la contraindre d’épouser un voisin, le sournois Rory Flynn, malgré l’antipathie qu’Ismay éprouve à son égard. Un jour que Rory l’a violemment agressée, elle décide de s’enfuir.

À bord du bateau qui la conduit à l’autre bout du monde, la jeune femme se fait passer pour une veuve désargentée et se lie d’amitié avec Adam Treagar.

Au fil du voyage, entre Suez et Singapour, les sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre évoluent. Ismay craint alors que sa réelle identité soit découverte. Mais Adam, lui-même, lui a-t-il dit toute la vérité ?

Mon avis

1868, Irlande. La jeune Ismay rêve que son frère, Bram, installé en Australie, gagne assez d’argent, pour permettre à sa famille de le rejoindre. Bram, que nous avions découvert dans le premier tome, a ouvert un magasin, dans la colonie de Swan Hill, où il vit heureux avec son épouse, Isabella. Pour Ismay, cet exil devient urgent : son père veut la marier à Rory Flynn, alors qu’elle déteste ce garçon violent et irrespectueux (il a des gestes déplacés à son encontre). La jeune fille trouve un salut provisoire en étant employée par le maître du domaine, Monsieur Kieran (le frère de Conn pour ceux qui ont lu Les pionniers). Hélas, un jour terrible, Rory la brute l’agresse et il commet l’innommable pour la forcer à l’épouser. La seule issue pour elle est d’embarquer pour l’Australie.

Lors de la traversée, elle rencontre Harriet et son neveu Adam. Ce dernier est le fils illégitime de John Joseph Harbisher, qui vient de mourir. Jusque dans la mort, son père s’est arrangé pour se débarrasser de lui : il hérite de plusieurs biens immobiliers et de la moitié d’une goélette… en Australie. Le testament est truffé de conditions pour embêter le jeune homme. Il sait, pertinemment, qu’il va au-devant de déceptions.

Pendant le voyage, Ismay a une surprise très désagréable et elle a besoin d’une protection, qu’elle trouve auprès de ses nouveaux amis. La jeune fille attire la bienveillance à son encontre. Adam et sa tante s’attachent à elle et leur amitié évite des drames. Est-elle suffisante face à la détermination de ceux qui veulent leur nuire ?

Le récit des péripéties d’Ismay et d’Adam est entrecoupé par celui de la vie dans la station Swan Hill. Nous retrouvons avec plaisir Bram et Isabella, à qui le premier opus, Les pionniers, était consacré. Une grande part est accordée à Flora, qui rêve de vivre sa vie et qui ne supporte plus sa mère, après le mal que celle-ci lui a fait. Le passé se rappelle à elle. Elle apprend, alors, des faits qui la sidèrent. Elle décide de prendre son destin en main, mais est, une fois encore, entravée. Monsieur Lee est, lui aussi, présent. Grâce à lui, des situations sont renversées. Nous retrouvons, également, Livia, un personnage de la trilogie de Cassandra. Plusieurs personnages de cette série sont évoqués, comme s’ils venaient nous faire un petit coucou amical. J’adore ces clins d’œil.

Dans Au bout du rêve, comme dans ses autres romans, Anna Jacobs traite de sujets tragiques, tout en enrobant le lecteur, d’un cocon de douceur. A travers Ismay, la condition féminine de la fin du XIXe siècle est dépeinte : l’autorité du père jusqu’à l’asservissement, les violences sexuelles, la situation conjugale qui détermine le statut social, mais aussi la solidarité féminine. Alors qu’elle traverse des épreuves, elle est épaulée par des personnes au grand cœur, des hommes et des femmes qui n’acceptent pas l’assujettissement de la femme et le combattent quand ils y sont confrontés. Elle est une jeune fille courageuse et adorable, qui tente de maîtriser son existence. L’histoire d’Adam est douloureuse, pourtant ce jeune homme a appris à ne pas se laisser envahir par les regrets ; le rejet qu’il a subi, toute sa vie, de la part de son père, lui a permis de connaître Harriet, l’héritage empoissonné est à l’origine de sa rencontre avec Ismay. J’ai une grande tendresse pour lui.

J’ai eu un coup de cœur pour Swan Hill, Au bout du rêve. Le souffle romanesque de cette saga a créé un ouragan dans mon cœur : je suis complètement fan.

Je remercie sincèrement Mylène des Éditions de l’Archipel pour ce service presse.

De la même auteure

Swan Hill – Les Pionniers (premier tome de la série)

Les pionnières – Une place au soleil

Le destin de Cassandra

Cassandra et ses soeurs

L’héritage de Cassandra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s