Blessures invisibles, Isabelle Villain

Blessures invisibles

Isabelle Villain

Éditions Taurnada

Quatrième de couverture

Le major Maraval est retrouvé mort à son domicile, une balle dans la tête, son arme à la main.

La thèse du suicide est pourtant très vite abandonnée par le groupe du commandant Rebecca de Lost, et les pistes militaires et familiales se multiplient.

Dans le même temps, le « tueur au marteau », demeuré silencieux depuis l’enterrement du capitaine Atlan, décide de reprendre du service.

Deux enquêtes sous haute tension. Un final explosif !

Mon avis

Le major Maraval est retrouvé mort. Il semble s’être suicidé. Mais certains détails perturbent la Police. L’équipe de Rebecca de Lost décide d’enquêter sur l’environnement du militaire, mais ce n’est pas facile de faire parler La Grande Muette. Le gradé souffrait du syndrome de stress post-traumatique, une conséquence de sa dernière mission au Mali. Isabelle Villain décrit avec délicatesse et empathie, cette blessure invisible qui peut toucher toutes les personnes ayant subi un traumatisme : victimes d’attentats, de viols, les militaires en zone de combats, les témoins de violence, etc. Elle décrit la difficulté d’adaptation quand le cerveau est en hypervigilance, toujours en alerte, même en absence de danger. Connaissant ces symptômes, j’ai été très touchée par la sensibilité de l’auteure à ce sujet. J’ai aimé son envie de sensibiliser et de montrer la perception de ce mal, par l’entourage ou ici, plus précisément dans l’armée.

Cependant, ces blessures psychiques sont-elles la cause de la mort du major Maraval ? L’adjoint de Rebecca, qui connaît la famille, en doute.

Dans Mauvais genre que j’avais adoré, j’avais découvert le tueur au marteau. J’avais des soupçons sur son identité, c’est la raison pour laquelle je n’ai pas attendu longtemps avant de lire Blessures invisibles. L’étau semble se resserrer autour de Rebecca, le meurtrier lui passe des messages alors que des femmes sont tuées et massacrées. Et si un détail faisait tout basculer ? J’ai fini par changer de suspect pour … me planter en beauté. Le dénouement m’a saisie, je ne l’avais pas absolument pas envisagé. Bravo, Isabelle Villain ! J’adore me faire avoir ainsi !

Dans l’ouvrage précédent, j’avais beaucoup aimé le portrait psychologique de Rebecca. Blessures invisibles confirme mon attachement à cette femme battante, non dénuée de failles et de souffrances, qui s’assume telle qu’elle est. J’espère la retrouver dans d’autres enquêtes.

J’ai adoré ce thriller qui est aussi percutant que sensible.

Sortie le 9 janvier 2020

Je remercie sincèrement Joël des Éditions Taurnada pour ce service presse.

De la même auteure

Mauvais genre

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s