Les eaux noires, Estelle Tharreau

Les eaux noires

Estelle Tharreau

Editions Taurnada

Quatrième de couverture

Lorsque les eaux noires recrachent le corps de la fille de Joséfa, personne ne peut imaginer la descente aux enfers qui attend les habitants de la Baie des Naufragés.
L’assassin restant introuvable, à l’abri des petits secrets et des grands vices, une mécanique  de malheur va alors tout balayer sur son passage…
Les révélations d’un corbeau, la détresse d’une mère et le cynisme d’un flic alimenteront l’engrenage de la rumeur, de la suspicion et de la haine.
Joséfa réussira-t-elle à survivre à la vérité ?

Mon avis

Depuis la mort de son mari, il y a huit ans, Joséfa élève seule sa fille. Pour subvenir à leurs besoins, elle est forcée de travailler de nuit. Cependant, son salaire ne lui a pas permis de payer une nourrice pour Suzy. Aussi, elle l’a responsabilisée, a investi dans des téléphones portables et a confié les clés de son domicile au voisinage. Suzy a maintenant dix-sept ans. Joséfa est obligée de relâcher un peu sa surveillance et de laisser l’adolescente sortir avec son amie, Léane. Mais un week-end, la jeune fille ne rentre pas. Son corps est retrouvé dans la Baie des Naufragés : il a été rejeté par les eaux noires.

L’enquête piétine et Jo se bat pour que sa fille ne soit pas oubliée. Hélas, elle se heurte à l’indifférence et à l’hostilité des habitants d’Yprat. La victime et sa mère sont jugées et condamnées par la vindicte populaire. Les visites quotidiennes de Josefa, au commissariat, exaspèrent les policiers. Peu de personnes lui offrent une écoute ou de l’empathie. Sa détresse dérange, « comme si le malheur et la tristesse pouvaient être contagieux » (p. 43). Certaines personnes sont infectes avec elle, leurs paroles et leurs attitudes sont abjectes. Seuls quelques voisins ne la fustigent pas, mais ils restent silencieux : ils ne sont pas nombreux à lui offrir du soutien. Tous veulent préserver leurs secrets.

Cependant, un corbeau dévoile les vices de chacun. Que sait-il ? Quelles sont ses intentions ? L’assassin se cache-t-il parmi ses cibles ? Ses révélations ont des répercussions tragiques, alors que le meurtrier de Suzy est toujours en liberté. Une toile terrible se tisse autour de la ville. « Tic tac, tic tac » l’engrenage s’enclenche, dès les obsèques de l’adolescente. Même en ce jour funeste, rien n’est pardonné à sa mère, sa douleur n’est pas respectée, les vampires n’acceptent pas ce qu’ils considèrent comme un affront. J’ai été choquée par l’animosité envers Jo. Malgré son deuil, elle ne bénéficie d’aucune indulgence. Alors qu’elle souffre, on ne lui passe rien. Malheureusement, le rejet qu’elle provoque s’étend à toutes les ramifications de la ville et l’enquête s’enlise. Même si la personnalité de Jo n’attire pas la sympathie, l’ostracisme dont elle est victime est révoltant. Cela m’a sidérée, pourtant, j’ai conscience que c’est une réalité. La souffrance dérange et entraîne le rejet. De plus, les racines du mal sont anciennes, comme le montre la rancœur de certains individus. La passivité est, elle aussi, nocive. Certaines personnes se retirent par instinct de protection.

Seul le corbeau agit. Il sème des suspicions et répand des rumeurs qui détruisent des existences. Il offre des vies au tribunal populaire. Et les conséquences sont terribles. Ces sacrifices feront-ils éclore la vérité ?

J’ai été très touchée par le combat de cette mère pour la mémoire de sa fille et j’ai été hypnotisée par la noirceur du suspense. Les mobiles et les suspects sont nombreux, aussi la tension est grande. J’ai adoré Les eaux noires.

Je remercie sincèrement Joël des Éditions Taurnada pour ce service presse.

De la même auteure

La peine du bourreau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s