La doublure, Mélissa Da Costa

La doublure

Mélissa Da Costa

Editions Albin Michel

Quatrième de couverture

Passion, faux-semblants, emprise… Qui manipule qui ?

Une jeune femme fragile en quête d’un nouveau départ.
Un couple magnétique et fascinant prêt à lui ouvrir les portes de son monde doré.

Un trio pris au piège d’un jeu cruel et d’une dépendance fatale.

Dans ce roman sombre et envoûtant, Mélissa da Costa explore, à travers l’histoire d’une passion toxique, la face obscure de l’âme humaine et les méandres du désir. 

Après les succès de Tout le bleu du ciel, des Lendemains, de Je revenais des autres et des Douleurs fantômes, romans aux deux millions de lecteurs, elle révèle une nouvelle facette de son talent.

Mon avis

« La première fois que j’ai entendu parler de Clara Manan alias calypso Montant, c’était en septembre 2018. » (p. 13) Cela faisait cinq ans que la vie d’Evie était rythmée par les retours de Jean, son petit ami marin. Elle lui avait sacrifié son existence, pourtant, il l’a quitté. Aussi, poussée par un besoin de s’éloigner de Marseille, la ville de leur amour, elle projette de se faire embaucher sur un yacht. Sur le port, elle rencontre Pierre Manan : il lui propose un emploi particulier. Son épouse est peintre : elle se consacre, entièrement, à son art et délaisse les tâches administratives, telles que les réponses aux invitations, les réservations de salles pour les expositions, etc. « Elle aurait besoin d’un bras droit, quelqu’un qui fasse tout cela pour elle, à sa place. Comme une doublure. » (p. 20)

Les œuvres de Clara, alias Calypso, sont à l’image de sa personnalité. Elles s’inspirent du romantisme noir. Leur observation crée un malaise accompagné d’une fascination. Le fonctionnement du couple Manan est, lui aussi, empreint d’une cette noirceur magnétique, dans laquelle Evie plonge avec innocence. Hypnotisée par la personnalité de ses hôtes et employeurs, elle pénètre dans un monde malsain, aux règles déroutantes, dangereuses et perverses. Envoûtée, elle navigue des enfers aux paradis, souvent artificiels. La pureté d’Evie se fissure : elle l’assume.

Les quatre premiers romans de Mélissa Da Costa étaient emplis d’humanité, de douceur et d’émotion. La doublure est un miroir des précédents livres : un voile composé de toxicité, de manipulation, de sadisme, de perversion, d’emprise, d’égoïsme et de dépendance, se déploie et finit par tout recouvrir, même la beauté et l’innocence. L’atmosphère est sombre, hypnotique et lascive. C’est un envoûtement diabolique qui malmène le lecteur, qui se sent oppressé, mais qui, comme Evie, ne peut plus partir : il est piégé par le besoin de connaître l’issue, il est captivé par le franchissement des limites de la morale et les calculs de la perversité.

Avec La Doublure, Mélissa Da Costa nous entraîne dans l’obscurité de l’âme et dans celle des relations humaines. Au départ, cette facette de son talent déstabilise, puis elle nous subjugue. J’ai adoré.

Je remercie sincèrement Agathe des Éditions Albin Michel pour ce service presse.

De la même auteure

Les douleurs fantômes

Je revenais des autres

Les lendemains

Tout le bleu du ciel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s