Que reste-t-il de nos rêves, Aurélie Boussard

Que reste-t-il de nos rêves ?

Aurélie Boussard

Librinova

Quatrième de couverture

À quel moment de nos vies rangeons-nous nos rêves au placard ? un peu tôt, un peu trop tard, jamais, depuis toujours ?  Passionnée de danse, accrochée à son rêve jusqu’à en perdre pied, Mélia nous entraîne dans les grands écarts de sa vie. Elle pose un regard nostalgique sur son  passé, s’interroge sur l’enfance insouciante et joyeuse, l’adolescence fougueuse et inconsciente, sur la vie qui nous change. Quand l’amour, les échecs, les imprévus, l’entraînent, la bousculent, la font voltiger puis la forcent à ralentir, elle se questionne alors sur le sens de la vie.

L’auteure

Aurélie Boussard est née en 1980 à Casablanca. Après le bac, elle part faire ses études à Lyon. Passionnée de danse et de lecture depuis petite, elle ne cesse de pratiquer ces deux activités en parallèle de son métier d’opticienne. En 2007 elle rencontre son homme et devient, en 2011, maman d’un adorable petit garçon. En 2018, suite à une chute, elle se fracture le poignet gauche ce qui l’oblige à arrêter son travail pendant deux mois. C’est un mal pour un bien car c’est durant cette période qu’elle réalise son rêve de toujours, écrire un livre. « Que reste-t-il de nos rêves?  » est son premier roman.

Mon avis

Passionnée de danse, Mélia quitte la maison familiale pour réaliser ses rêves. Elle donne toute sa vie à son objectif et ne veut pas d’attaches. Elle revendique sa liberté jusqu’à ce que plusieurs événements la fassent réfléchir à sa vision de la vie : l’un est corporel, l’autre familial et le dernier est d’ordre amoureux. Cette accumulation la conduit à une prise de conscience. Je pense que s’il n’y avait eu qu’une alerte, sa fuite en avant n’aurait pas été stoppée.

Comme dans un journal intime, Mélia relate son enfance, son adolescence et sa vie de jeune femme. Elle décrit ses amitiés, ses premières histoires d’amour, ses projets professionnels et ses chagrins. Elle parle de ses amies, de l’homme qu’elle ne voit pas mais qui lui ne voit que par elle. Son envie de liberté lui fait faire des erreurs qu’elle regrette lorsqu’il est trop tard.

J’ai eu l’impression que ce livre contenait une très grande part d’autobiographie. La vie de Mélia ressemble à celle de nombreuses jeunes filles. C’est doux avec une pointe de nostalgie. Deux éléments m’ont beaucoup touchée. Le premier passage concerne le courage dans la maladie d’un proche de Mélia. A ce moment-là, la jeune femme revoit la hiérarchie de ses priorités. Le deuxième concerne une belle histoire d’amour.

L’écriture d’Aurélie Boussard est jolie et fluide. La lecture m’a été agréable, mais peut-être parce que je n’ai pas envie de me questionner sur mes choix actuellement, je n’en ai pas tiré toutes les leçons. Je pense que je n’ai lu que le premier degré de l’histoire alors qu’elle a le potentiel pour une remise en question de nos choix. Je l’ai lue comme une tranche de vie. Je n’ai pas été au-delà du texte brut, aussi j’ai eu la sensation d’aimer le livre sans que quelque chose ait changé en moi. Cela a été un moment apaisant et rafraîchissant, mais je n’ai pas eu l’étincelle m’indiquant l’angle de ma chronique.

Voici une chronique qui reflète les émotions fortes qu’une lectrice a ressenties

https://rowenabookine.wordpress.com/2019/07/01/que-reste-t-il-de-nos-reves-aurelie-boussard/

Je remercie sincèrement Aurélie Boussard pour ce service presse.

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s