Une joie féroce, Sorj Chalandon

Une joie féroce
Sorj Chalandon
Éditions Grasset

Quatrième de couverture

Jeanne est une femme formidable. Tout le monde l’aime, Jeanne.
Libraire, on l’apprécie parce qu’elle écoute et parle peu. Elle a peur de déranger la vie. Pudique, transparente, elle fait du bien aux autres sans rien exiger d’eux. A l’image de Matt, son mari, dont elle connaît chaque regard sans qu’il ne se soit jamais préoccupé du sien.


Jeanne bien élevée, polie par l’épreuve, qui demande pardon à tous et salue jusqu’aux réverbères. Jeanne, qui a passé ses jours à s’excuser est brusquement frappée par le mal. « Il y a quelque chose », lui a dit le médecin en découvrant ses examens médicaux. Quelque chose. Pauvre mot. Stupéfaction. Et autour d’elle, tout se fane. Son mari, les autres, sa vie d’avant. En guerre contre ce qui la ronge, elle va prendre les armes. Jamais elle ne s’en serait crue capable. Elle était résignée, la voilà résistante. Jeanne ne murmure plus, ne sourit plus en écoutant les autres. Elle se dresse, gueule, griffe, se bat comme une furie. Elle s’éprend de liberté. Elle découvre l’urgence de vivre, l’insoumission, l’illégalité, le bonheur interdit, une ivresse qu’elle ne soupçonnait pas.


Avec Brigitte la flamboyante, Assia l’écorchée et l’étrange Mélody, trois amies d’affliction, Jeanne la rebelle va détruire le pavillon des cancéreux et élever une joyeuse citadelle.

Mon avis

Je n’avais jamais lu de livres de Sorj Chalandon, aussi je n’avais pas d’attentes particulières, contrairement à certains de ses lecteurs qui se sont sentis déstabilisés par ce roman, qui semble-t-il est différent des autres de l’auteur.

Au début de ma lecture, j’ai lu un échange entre Sorj Chalandon et Ladybirdy, suite à la publication de sa chronique, sur Babelio. L’auteur dit que chacun de ses livres est né d’une blessure et que ce livre ne fait pas exception. Je vous invite à lire ses mots sur Babelio, car ils permettent une lecture différente de ce roman.

La première scène décrit quatre femmes qui vont faire une « vraie connerie ». On comprend très vite qu’elles ne sont pas des professionnelles, que leur motivation n’est pas criminelle. Le récit retourne six mois en arrière, auprès de Jeanne qui apprend qu’elle a un cancer du sein, stade III.

Alors qu’elle ne reçoit aucun soutien de la part de son mari, celui-ci étant même révoltant de lâcheté et d’égoïsme, elle rencontre trois autres femmes : Brigitte, Assia et Mélody. Les quatre nouvelles amies ont un autre dénominateur commun : une grande souffrance concernant un enfant.

Pour moi, il y a deux histoires dans l’histoire : les faits relatés avec le combat de chacune et le rôle de chacune dans la lutte contre la maladie. J’ai eu l’impression que chacune était une représentation de ce que ressent une personne touchée par une pathologie grave. Au départ, Jeanne subit, elle s’excuse de tout, elle est même surnommée Jeanne Pardon. Et puis, il y a celle qui prend le traitement à bras-le-corps, celle qui continue à vivre sa vie, etc. Pour moi, ces femmes pourraient être les facettes d’une seule, elles sont les différents ressentis d’une personne atteinte du cancer. Cela doit être pour cette raison que lorsque j’ai commencé à écrire ma chronique, je me suis trompée dans le titre et j’ai écrit : « Mes joies féroces ».

Conclusion

Une joie féroce est une histoire de résistante face à la douleur, qui ne tombe jamais dans le larmoyant, et qui m’a semblé d’une grande justesse. En tant que femme, je me suis imaginée à place de Jeanne. Comme le rappelle Sorj Chalandon, le cancer du sein touchera une femme sur 8. Si Jeanne n’avait pas insisté pour faire une mammographie, elle n’aurait pas vécu ces amitiés féminines et ne se serait pas métamorphosée. Surtout, elle ne serait plus là. L’auteur montre aussi le regard des autres face au cancer. Une joie féroce est un roman intime dans lequel on devine l’exutoire qu’a dû être son écriture.

Sortie le 14 août 2019

Je remercie sincèrement Netgalley France et les Éditions Grasset pour ce service presse.

5 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s