Mensonge, J.P Delaney

Mensonge

J.P Delaney

Éditions Mazarine

Quatrième de couverture

« Un thriller sombre et obsédant… Une superbe évocation des émotions contradictoires qui hantent tout un chacun. » Daily Mail

Claire, étudiante anglaise en art dramatique, finance ses études d’une manière peu conventionnel e : elle flirte, pour le compte d’un cabinet d’avocats spécialisé dans les divorces, avec des hommes mariés suspectés d’infidélité. Lorsque la femme de l’un d’entre eux est retrouvée morte, tout change… La police exige de Claire qu’elle utilise ses talents d’actrice pour faire avouer le mari. Dès le début, elle n’est cependant pas sûre du rôle qu’elle doit jouer dans cette mise en scène mensongère, mais elle ne veut pas non plus que les enquêteurs la questionnent sur la nuit du meurtre. Bientôt, Claire se rend compte qu’elle est en train de jouer le rôle le plus mortel de sa vie…

Mon avis

Claire, étudiante en théâtre, a besoin d’argent mais n’a pas de carte verte. Elle est embauchée par un cabinet d’avocats pour piéger des hommes soupçonnés d’infidélité. Un soir, l’homme visé repousse ses avances et la femme de celui-ci est assassinée.

Les suspects principaux sont Claire ou Patrick, le mari. Un marché est proposé à la jeune fille : faire parler l’époux. La situation qui paraissait simple au départ, devient très compliquée.  Qui est coupable ? Qui soupçonne vraiment la Police ? Qui piège l’autre ? Je ne savais plus et je me suis faite avoir à plusieurs reprises. L’auteur multiplie les fausses pistes et les scénarios possibles et je n’arrivais pas à déterminer quelle était la vérité. De mensonges en mensonges, l’auteur m’a manipulée.

Tout se joue à l’échelle psychologique, avec Les fleurs du mal de Baudelaire (que j’avoue ne jamais avoir lu) comme trame. J.P Delaney a modifié la vision que j’avais de ces poèmes, que je n’imaginais pas aussi macabres. Une autre originalité est que les pensées de Claire sont parfois construites sous la forme de pièces de théâtre. Même si cela fonctionne, à certains moments, cela devenait lassant. 

Il est vrai qu’il y a certaines invraisemblances, mais la tension est tellement forte que j’ai passé outre et je me suis laissée porter par le suspense et le fait de me faire manipuler. Et je peux dire que j’ai complètement plongé. Aussi, malgré les quelques petits reproches que je fais, j’ai beaucoup aimé Mensonge que j’ai trouvé addictif et retors.

Je remercie sincèrement NetGalleyFrance et les éditions Mazarine pour ce service presse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s