Un air d’harmonica, Michel Giard

Un air d’harmonica

Michel Giard

Editions de Borée

Collection Terres d’écriture

Quatrième de couverture

Enfant de l’Assistance publique, Jean a trouvé en Jeanne et Edmond, des paysans normands, ses parents de coeur. Alors que la guerre fait rage et qu’un bombardement éclate au cours de l’été 1944, un groupe de personnes vient se réfugier dans leur ferme. Parmi eux, Clémence, jeune citadine intrépide au caractère affirmé, y vivra une courte idylle avec Jean. De retour à Cherbourg, elle s’éprend de Ted Watson, soldat du Kentucky prêt à répondre à ses envies d’ailleurs et de rêve américain. Sa nouvelle vie, loin des siens, répondra-t-elle à ses attentes ? Au même moment, Jean s’engage aux côtés du Général Leclerc, puis dans la marine. Les années passent au cours desquelles, parcourant les mers du monde sans jamais parvenir à oublier Clémence, pour lui, « ailleurs n’est jamais assez loin ».

Mon avis

Dans la nuit du 18 au 19 septembre 1931, une terrible tempête s’abat sur la Normandie alors que trois cents thoniers sont en mer. Cette nuit-là, deux cents personnes sont mortes ou disparues en mer ; Jean Travers, âgé de sept ans, a perdu son père. Huit mois plus tard, sa mère, ravagée par le chagrin, est internée dans un asile. Le petit garçon devient un enfant de l’assistance publique et est confié à une famille d’accueil. Le quotidien auprès des Picot n’est pas désagréable, mais la procédure exige de changer de famille, tous les trois ans. Hélas, chez les Mauvoisin, Jean est maltraité. Heureusement, des voisins, Edmond et Jeanne, adoucissent son existence. Lorsqu’il quitte le village pour entrer en apprentissage, il continue à les voir, chérissant leur amitié.

En 1944, il aide ceux qu’ils considèrent comme ses parents de cœur, à accueillir des réfugiés. Il tombe amoureux de la jeune Clémence, venue de la ville avec sa famille. Ses sentiments semblent partagés. Pourtant, à la fin de la guerre, de retour chez elle, elle épouse Ted Waston, un soldat américain. Elle est une war bride. Malgré la réticence de ses parents, elle rejoint son mari en Amérique. Jean s’engage alors dans la marine. Parcourant le monde, il ne sait pas que le rêve américain de Clémence n’était qu’une illusion.

Le contexte historique est très riche. Il s’étend du début des années 1930 aux années d’après-guerre et décrit les grands évènements historiques, mais aussi leurs conséquences sur la population, comme les bombardements après le débarquement et les vies emportées. Le quotidien américain de Clémence est relaté dans son intimité. Son mariage montre que les Françaises n’étaient pas toujours accueillies à bras ouverts par leur belle-famille. Les espoirs de la jeune femme sont étouffés. Isolée, elle ne peut se confier à personne.

J’ai beaucoup apprécié l’histoire et les intrigues qui la constituent. J’ai trouvé intéressant que l’auteur s’attarde sur les répercussions personnelles du contexte. Cependant, j’ai regretté de ne pas ressentir l’émotion que les faits auraient dû me provoquer. C’est subjectif, mais j’ai la sensation que j’ai été tenue à distance par l’écriture, qui est, pourtant, très jolie et pleine de finesse. De plus, j’ai été dérangée par certaines réactions de Clémence. Celle-ci a vécu un drame terrible et j’ai regretté qu’elle n’exprime pas de sentiments marqués. Même s’il est possible que ce soit une protection de son esprit, j’attendais une attitude différente de sa part. J’ai eu l’impression que la tragédie la plus grande était occultée par ses autres douleurs et cela m’a gênée.

En conclusion, j’ai été passionnée par le contexte historique et par l’intrigue, mais l’angle choisi pour les conter s’est heurté à ma sensibilité personnelle.

Je remercie sincèrement Virginie des Éditions de Borée pour ce service presse.

Du même auteur

Passeurs de mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s