Par le fil je t’ai cousue, Fawzia Zouari

Par le fil je t’ai cousue

Fawzia Zouari

Editions Plon

Quatrième de couverture

« Du fil, du sang et des mots. Il n’en faut pas plus pour faire disparaître le corps d’une fille. La dématérialiser d’un coup, un seul. Net et sec. Une entaille. Et le liquide qui coule, tout naturellement, dans une odeur de femmes et de secret. »

Une fillette grandit dans l’ombre d’une famille traditionnelle et dans la soumission à une mère toute-puissante. Mais ce coin de Tunisie rurale est bousculé par la modernité, avec l’avènement de l’Indépendance, le départ des colons français, l’arrivée de Bourguiba, l’école obligatoire pour les filles. Alors l’enfant, destinée à vivre et à mourir voilée et analphabète comme ses sœurs aînées, va, première de sa tribu, prendre le long chemin de l’émancipation. Le prix à payer sera lourd pour celle qui devra se libérer des sortilèges, des interdits et des secrets maternels.

Mon avis

« Du fil, du sang et des mots. Il n’en faut pas plus pour faire disparaître le corps d’une fille. La dématérialiser d’un coup, un seul. Net et sec. Une entaille. Et le liquide qui coule, tout naturellement, dans une odeur de femmes et de secret. »

Écrit comme un roman, nous comprenons que Par le fil, je t’ai cousue raconte l’enfance de Fawzia Zouari. La fillette habite un village de Tunisie, Ebba, dans lequel la modernité s’invite. Le pays a obtenu son indépendance et les colons français sont partis. Une partie des habitants s’en réjouit, l’autre le regrette. C’est dans ce contexte que Bourguiba a rendu l’école obligatoire pour les filles. La narratrice a été témoin du chagrin de ses sœurs, lorsqu’elles ont dû quitter l’école. Lorsqu’elle a l’âge de l’instruction, elle comprend qu’elles ont été sacrifiées. Elle perçoit, également, que pour garder ce privilège, elle doit s’effacer, il ne faut pas qu’on la remarque. Le regard masculin ne doit pas se poser sur elle, alors qu’elle grandit. Son esprit ne peut s’ouvrir que si son corps disparaît. Sa mère, écrasée par le poids des traditions, surveille ses filles de très près et est très soupçonneuse.

L’auteure raconte sa perception des bouleversements que son village a vécus : l’arrivée de la télévision, du cinéma, l’émancipation féminine dans les villes, l’école pour les filles et l’ouverture sur le monde, ces changements refusés par sa maman. Elle décrit la claustration, les sortilèges, les menaces et les secrets. Elle explique le poids de la religion et de l’image de la femme, les coutumes, l’éducation et l’impact sur sa vie de femme libre, qui vit, maintenant, en France. Pour gagner cette indépendance, elle a dû batailler et a bénéficié du soutien de son papa, qui croyait au savoir. Dans un climat de soumission à l’homme, c’est lui qui lui a ouvert les portes du monde, quand les femmes voulaient lui interdire.

De nombreux thèmes sont abordés dans ce roman. Fawzia Zouari relate ses souvenirs d’enfance, tels qu’elle les a ressentis. Sa curiosité et son envie d’émancipation se sont heurtées au carcan traditionnel ; elle a entrevu un avenir différent de celui que sa famille lui offrait, sans savoir, réellement, ce que cela impliquait. L’habitude des règles strictes lui a permis de s’ouvrir encore plus, quand la liberté s’est présentée. J’ai été touchée par le destin qui l’attendait et que tant de femmes subissent encore. J’ai entrevu les méthodes d’asservissement de la femme et j’ai souffert pour celles qui en sont les victimes. En raison de la multitude de sujets, la situation est décrite dans tous ses aspects. La réalité peinte est multiple et complète. Aussi, ce roman montre la difficulté pour la faire évoluer, mais est aussi, un message d’espoir, en raison du parcours de l’auteure.

J’ai été très touchée par ce livre. Par le fil je t’ai cousue est un roman puissant sur la condition féminine et la liberté offerte par l’instruction. L’analyse de la fillette est fine et émouvante, en raison du mélange d’innocence et de lucidité.

Je remercie sincèrement Claire-Aurélie et Constance des Editions Plon pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s