Un charmant petit village, Serge Camaille

Un charmant petit village
Serge Camaille
Éditions Marivole

Quatrième de couverture

Au milieu des années 60, le charmant petit village niché au cœur de la forêt de Tronçais vivait des heures paisibles. Jusqu’à l’arrivée de Gaspard… Gaspard le charmeur, Gaspard l’opportuniste, Gaspard aux dents longues ! Aussi, tous les malheurs s’abattant sur le village depuis son avènement lui étaient attribués par la rumeur. Jusqu’à ce beau matin où un ultime drame survint sans que les gendarmes n’y voient goutte. Excédé, le maire réunit alors un conseil municipal extraordinaire et élargi qu’il nomma « Comité », en vue de se débarrasser enfin de Gaspard… Oui mais de quelle manière ? Ce fut Gilles, l’ébéniste du village qui crut résoudre le problème : il allait faire appel à Laurent, son vieux copain de régiment… Était-ce bien raisonnable ?
Une fable bucolique dans le somptueux décor de l’ancestrale forêt de Tronçais.

Mon avis

Au milieu des années 60, tout un village considère que les malheurs qui le touchent sont tous imputables à une seule personne : Gaspard. Lorsqu’un nouveau drame se produit, un Comité se crée avec pour objectif de se débarrasser de l’importun. L’ébéniste du village soumet une idée au vote : contacter un de ses anciens subordonnés dans l’armée. Depuis des années, ce dernier, Laurent, s’amusant de la naïveté de son ancien Sergent, lui fait croire qu’il est un gangster et lui relate ses exploits. Ce sont ces compétences que le Comité souhaite utiliser.

C’est ainsi que Laurent Maillet, empêtré dans ses mensonges, se voit confier une mission pour laquelle il n’est pas fait.

Ce livre parle de meurtres, de tueurs à gage, de complots, et pourtant, ce que je retiens, c’est le sourire qu’il m’a provoqué. Il montre que les apparences sont sacrément trompeuses lorsque l’on n’a pas tous les éléments. De surprises en situations cocasses avec des dialogues percutants et emplis de gouaille, je me suis régalée. Même pendant les passages tendus, l’humour est présent.

Ce qui m’a le plus ravie, c’est de voir à quel point, je me suis faite avoir, et ce, en plusieurs occasions. A chaque fois que je découvrais que la situation n’était pas celle que j’avais envisagée, un « oh » de stupéfaction amusée s’échappait de mes lèvres.

J’ai adoré ce polar burlesque qui m’a énormément surprise. Les dialogues sont savoureux, le style est très vivant et l’histoire est trompeuse. Chaque fois que je repense à cette lecture, je souris.

Je remercie sincèrement les Éditions Ramsay pour ce service presse.

4 commentaires

Répondre à christineditemarmara Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s