Ceux des quais, Nathalie Bianco

Ceux des quais

Nathalie Bianco

Editions Sixième(s)

Quatrième de couverture

Près des berges du Rhône, se retrouve tout un petit monde de marginaux ordinaires et loufoques, autour de Nono, un clochard flamboyant, féru de poésie et amoureux de Cyrano de Bergerac. C’est auprès d’eux que viennent s’échouer Malik, un jeune livreur à vélo poursuivi par des dealers, et surtout Roxanne, enfant « placée » qui, le jour de ses 18 ans, doit quitter le foyer dans lequel elle vivait. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas de toit sur la tête qu’on ne peut pas vivre des histoires magnifiques…

Mon avis

Roxanne a dix-huit ans et doit quitter le foyer dans lequel elle vivait, depuis trois ans. Elle est majeure et sa demande de contrat jeune majeur a été refusée. Elle est à la rue avec 18,62 euros en poche. Sa première nuit dehors se passe mal, mais elle est, heureusement, défendue par Nono. Ce dernier est un SDF, épris de liberté et de la langue française. Auprès de lui, différents personnages ont trouvé refuge. Il a, par exemple, sauvé Malik, un livreur à vélo, tabassé par des dealers et qui vient, tous les jours, rendre visite à ses nouveaux amis. Le jeune homme a été soigné par Vava, une femme généreuse, avec qui la vie n’a pas été tendre, et qui, pourtant, prend soin de ses acolytes des quais. Parmi eux, se trouvent un jeune garçon qui ne demande qu’à être rassuré sur l’amour que l’on lui porte, un homme traumatisé par un drame, un couple, etc. et des chiens choyés par leurs maîtres. Lorsque ce petit monde rencontre Roxanne, ses membres estiment qu’elle peut encore être sauvée. Ils peuvent lui apporter un réconfort et un abri temporaires, mais son destin peut encore être changé. Aussi, elle devient leur mission.

Tous, je les ai aimés. Nono, pour qui « une vie ne doit pas être saine, elle doit être flamboyante » (p. 65) ; vêtu de sa cape noire, il met de la couleur et de la poésie dans l’existence de ceux qu’on appelle les « invisibles ». Il m’a rappelé deux SDF, connus dans ma ville de jeunesse. L’un avait fait le choix de la rue et était philosophe. Nono m’a rappelé ses tirades et les débats qu’il lançait sur notre monde. Le deuxième était un monsieur, à la sortie de la gare, qui avait toujours un mot aimable et qui était ému, quand je prenais le temps de parler avec lui. Je me souviendrai toujours de ce jour de forte pluie : il voulait me prêter son parapluie pour rentrer chez moi. J’avais été très touchée. Ceux des quais donnent, eux aussi, tout ce qu’ils ont pour aider un des leurs, mais également, les personnes qui croisent leur chemin. Vava utilise toutes ses ressources pour panser les plaies, le Russe, lui, tente de protéger d’une générosité trop grande, Malik essaie d’adoucir le quotidien de ses nouveaux amis, etc. Ils veillent les uns sur les autres. 

Au milieu des épreuves, flamboient les rires, l’entraide et la poésie du patriarche. Mon cœur s’est ému de la beauté des sentiments, de la volonté d’apporter de la joie, malgré le froid et la faim, de cette envie de se tourner vers les autres, quand ses derniers détournent le regard. Au sein de la crasse, c’est la dignité qui éclate. Cependant, j’ai pleuré, car malgré les aménagements, les rires et l’amitié, l’existence au bord des quais n’est pas un conte de fées. Dans l’anonymat, la vie assène ses coups durs et Ceux des quais sont une de ses cibles privilégiées.

Ceux des quais, c’est l’histoire d’un coup de coeur. Ce sont des tranches de vie qui nous font regarder ceux que l’on ne voit pas. C’est la rencontre avec des êtres emplis d’humanité, que la société cherche à oublier. C’est un mélange de rires, d’émotion, de tendresse, d’humour, de perte d’espoir et de flamboyance. J’ai souri, j’ai pleuré et j’ai aimé ; j’ai aimé ces êtres que la vie a cassés, sans parvenir à éteindre la flamme de leur cœur. J’ai été bouleversée par ce roman.

Je remercie sincèrement l’agence Gilles Paris et les Éditions Sixième(s) pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s