Désenchantées, Marie Vareille

Désenchantées

Marie Vareille

Editions Charleston

Quatrième de couverture

La disparition de Sarah Leroy, quinze ans, a bouleversé la petite bourgade de Bouville-sur-Mer et ému la France entière. Dans chaque foyer, chaque bistrot, on élaborait des hypothèses, mais ce qui est vraiment arrivé, personne ne l’a jamais su.

Vingt ans plus tard, Fanny revient sur les lieux de ce drame qui a marqué sa jeunesse. Et c’est tout un passé qu’elle avait préféré oublier qui resurgit… Car l’histoire de Sarah Leroy, c’est aussi un peu la sienne, et celle d’une bande de filles qui se faisaient appeler les « Désenchantées ». Une histoire qui a l’odeur des premières cigarettes et du chlore de la piscine municipale, des serments d’amitié et surtout, des plus lourds secrets.

Avec finesse et un vrai sens du suspense, Marie Vareille met à nu les rouages de l’amitié féminine dans un roman d’apprentissage captivant et rempli d’émotion.

Mon avis rapide

Fanny est journaliste chez Mesdames Magazine et vise une promotion. Elle a préparé une présentation et des propositions d’articles pour appuyer sa candidature. Hélas, sa rédactrice en chef a d’autres projets pour elle. A l’occasion du vingtième anniversaire de la disparition de Sarah Leroy, un an avant la libération du coupable qui clame toujours son innocence, sa cheffe prévoit un feuilleton en plusieurs épisodes autour de ce drame, qui s’est déroulé dans le village natal de Fanny. Cette dernière ne veut pas traiter ce sujet, mais sa supérieure ne lui laisse pas la possibilité de refuser. Son agacement augmente lorsqu’elle apprend que Lilou, sa belle-fille, l’accompagne dans son enquête. L’adolescente espère ainsi valider son stage de troisième, sans le moindre effort. Enfin, le matin même, la journaliste a appris le décès de sa mère. Lors de son séjour à Bouville-sur-mer, elle va donc revoir sa sœur, qu’elle n’a pas vue depuis des années.

Fanny ne compte pas remuer le passé. Son article sera inspiré de ce qui a déjà été publié sur la disparition de Sarah. Contre toute attente, Lilou s’empare du sujet et procède à des investigations approfondies. Les faits actuels alternent avec des confidences anonymes sur l’enfance et l’adolescence de Sarah, ainsi que sur celles de ses amis et de ses ennemis.

A petits pas, je suis entrée dans leur univers. J’ai approché de la vérité, sans la percevoir ; je suis allée de surprise en surprise ; je me suis souvenue de ma jeunesse et des objets, des chansons m’ont renvoyée à cette époque. Le récit se partage entre les péripéties, les joies, les chagrins, les douleurs de l’adolescence et le drame qui a meurtri cette bande, déjà divisée au moment des faits. En raison des bouleversements qui avaient précédé ce jour funeste, de nombreuses pistes m’ont interpellée, mais je n’y ai pas apporté assez d’attention, emportée par des évènements qui m’émouvaient ou me révoltaient. Trois mots déclarés « comme on balance une bouée de sauvetage » m’ont, particulièrement, touchée. J’étais, également, captivée par les amitiés et les déchirures, mon cœur s’est serré à plusieurs reprises : parfois de reconnaissance, parfois de regrets ou encore de douleur et d’émotion. Enfin, quand la lumière a été faite sur la disparition de Sarah, j’ai été scotchée et ébranlée. J’ai adoré Désenchantées.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s