Envers et malgré nous, Laurent Koessler

Envers et malgré nous
Laurent Koessler
Éditions Jourdan

Quatrième de couverture

Le jour où il découvre le passé nazi de son grand-père, Étienne Weber tourne définitivement le dos à cet homme qu’il a tant admiré. Des années plus tard, le décès de son aïeul fait ressurgir un improbable témoignage adressé à son intention. Son besoin de comprendre l’impardonnable et sa curiosité de jeune journaliste vont le convaincre de rencontrer ce couple qui héberge le manuscrit. Là-bas, dans ce village de l’est de la France où grand-père Louis a vécu. Où le meilleur puis le pire se sont autrefois noués. Cette immersion en terra incognita va confronter Étienne à l’histoire d’un homme, d’une région, d’une époque contrastée, et à la tragédie collective des « Malgré nous ». Et parallèlement exhumer une terrible vérité qui va bouleverser son rapport à son existence… Et si c’était moi ? Oui… si moi aussi j’avais été confronté à la nécessité de rentrer dans les rangs de l’occupant, au risque de finir dans un peloton d’exécution. Si j’avais dû refuser d’abattre un innocent, en étant certain de me condamner, et mes proches par la même occasion. Si du haut de mes vingt ans, j’avais été capable de sacrifier mon existence sur l’autel de l’honneur, de la patrie, et du sang versé pour autrui.

Mon avis

Étienne avait une relation très complice et très forte avec son grand-père. Son regret était que ce dernier ne se confie pas au sujet de son vécu durant la guerre. Il esquivait systématiquement les questions. Son petit-fils l’a toujours admiré pour son courage et ses valeurs et a eu « besoin d’entendre le héros qu’il a été » (p. 40). Il a alors demandé à un ami historien d’enquêter sur les actes de son aïeul. Il a été dévasté par la honte, quand il a appris que le livret militaire de son héros révélait une histoire différente de celle qu’il imaginait. Il a découvert que Louis Weber a combattu dans le mauvais camp, qu’il était un Malgré-Nous. Alors que l’article 23 de la convention de la Haye stipule que « Il est interdit de forcer les populations des territoires occupés à prendre part aux opérations militaires contre son propre pays », l’Allemagne a enrôlé de force des Mosellans et des Alsaciens, après l’annexion de leur région, en 1940. Ils étaient forcés de combattre leur propre nation, sous peine de représailles envers eux et leur famille. Étienne pouvait entendre que les Malgré-Nous étaient des victimes qui n’avaient pas eu le choix. Mais son ami lui a précisé que son grand-père s’est engagé de son propre chef : la classe de 1922 à laquelle il appartenait ne comprenait que des volontaires. Meurtri par la déception, la haine et la colère, Etienne n’a plus parlé à celui qu’il aimait tant. Trois ans plus tard, l’être honni est décédé et Etienne a refusé d’assister à ses obsèques.

Quelques mois après la mort de Louis, il apprend que ce dernier lui a légué un témoignage ; il a confié le manuscrit à un couple, installé dans le village de son enfance. Étienne accepte de s’y rendre. Il est prêt à entendre les raisons qui ont conduit Louis à commettre l’impardonnable, même s’il est persuadé que rien ne peut justifier un passé nazi.

Dès le début de sa lecture, il reconnaît l’homme qu’il a aimé à travers les valeurs exprimées. Aussi, il attend, avec appréhension et impatience, de découvrir le moment qui a transformé un petit garçon, fier d’être français, aux nombreuses qualités humaines, en un monstre, engagé volontairement auprès des Allemands. Le précieux héritage de Louis révèle qu’une mention sur un papier ne permet pas de juger. Un mot seul ne suffit pas à comprendre l’Histoire d’une personne.

La première fois que j’avais eu connaissance des « Malgré-Nous », c’était en lisant Un homme tranquille de Yves Jacob. Alors que je vivais en Lorraine et que j’avais même passé une partie de mon adolescence en Moselle, j’avais été surprise de n’avoir jamais entendu parler de ces hommes enrôlés de force dans l’armée allemande. J’ai constaté que, sur mon blog, je n’avais chroniqué que deux livres sur ce sujet. Lorsque j’ai reçu Envers et malgré nous, j’ai indiqué le thème à mon mari. Il est né en Lorraine et n’a jamais quitté la région, pourtant, il n’a jamais entendu parler des Malgré-Nous. L’Histoire semble vouloir effacer leur existence et je remercie Laurent Koessler d’œuvrer pour leur éviter l’oubli. De plus, même si le nom, qui était donné à ces hommes, m’était connu et que je savais l’opprobre dont ils avaient été victimes après la guerre, je n’avais jamais lu un récit aussi circonstancié. J’étais ignorante de nombreux faits tragiques décrits dans ce roman. Le travail de documentation est énorme et l’auteur apporte des explications claires sur les évènements et le contexte dans lequel ils se sont produits.

Le récit alterne entre le vécu de Louis et la manière dont Etienne reçoit ses confidences. J’ai pu observer un parallélisme entre ses réactions et mes réflexions. Ce roman semble puiser les émotions dans notre cœur et nous oblige à nous confronter à ces terribles questions : « Qu’aurions-nous fait si la vie de nos proches était menacée ? Comment aurions-nous agi face à un soldat de la même nationalité que nous ? Comment justifier aux alliés russes le port de l’uniforme ennemi ? Aurions-nous pu confier l’indicible à nos descendants ? », etc. Il interpelle, également, sur la facilité à juger l’Histoire avec la perception du monde actuel. « L’héroïsme paraît toujours si facile quand on n’est pas soi-même devant le précipice… » (p. 11) J’ai déjà pensé qu’il m’était impossible de savoir comment je me comporterais face à l’horreur, si la sauvegarde de ma vie ou celle de mes proches dépendaient de mes actes, si j’étais forcée à l’impardonnable.

Envers et malgré nous est un roman bouleversant sur une page méconnue de l’Histoire. Il donne la parole à ceux qui n’ont pas osé parler, à ceux qui ont été jugés sans être entendus.

Je remercie sincèrement Laurent Koessler et les Éditions Jourdan pour ce service presse.

4 commentaires

    1. C’était dans quel récit ? C’est un thème qui m’intéresse. Quelle douleur pour ces personnes de devoir combattre leur pays. Bonne soirée à toi.💖

      J’aime

      1. Merci à toi. 🤩Vous êtes deux à avoir évoqué ce titre au sujet des Malgré-Nous.
        J’ai lu ta chronique au sujet de ce livre et elle m’a convaincue . 💖 Merci à toi pour ce partage.💖
        Bonne fin de journée.😘

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s