Été après été, Elin Hilderbrand

Été après été
Elin Hilderbrand
Editions Les Escales

Quatrième de couverture

Leur histoire d’amour est un secret depuis des décennies, jusqu’à cet été…
Le nouveau best-seller d’Elin Hilderbrand.

Printemps 2020. Quand Mallory Blessing meurt, c’est à son fils Link de s’occuper de ses dernières volontés. Il apprend qu’il doit convier Jake McCloud aux obsèques de sa mère. Link, qui avait une relation fusionnelle avec sa mère, n’a jamais entendu parler de cet homme. Il ne comprend pas pourquoi sa présence lui tenait tant à coeur.

Été 1993. Mallory vient d’hériter d’une petite maison sur l’île de Nantucket, à une centaine de kilomètres au sud-est de Boston. Elle y reçoit les amis de son frère pour son enterrement de vie de garçon, dont un certain Jake McCloud. Entre eux, le coup de foudre est immédiat. Ils passent un week-end inoubliable, coupés du monde, cachant leur idylle aux autres invités.

Mais Jake et Mallory savent que leur histoire d’amour est impossible. Ils se font alors une promesse : quoi qu’il arrive, et peu importe leurs vies de famille respectives, ils se retrouveront chaque été en secret à Nantucket le temps d’un week-end.

Mon avis

En 1993, Mallory a vingt-quatre ans. Elle vit à New York, en colocation avec Leland, son amie d’enfance. La vie commune n’est pas harmonieuse. Le 16 mai, son père lui annonce que sa tante Greta, à qui elle était très attachée, est décédée et qu’elle lui a laissé sa maison de Nantucket en héritage. Mallory décide de s’y installer. Le premier week-end de septembre, celui de la fête du travail, son frère, Cooper, organise son enterrement de vie de garçon sur l’île. Elle connaît tous les invités, sauf Jake McCloud, dont elle ne connaît que la voix, mais qu’elle n’a jamais rencontré. C’était, parfois, lui qui décrochait lorsqu’elle appelait la fraternité de son frère et elle avait été troublée par leurs conversations. C’était il y a cinq ans. Lorsqu’il descend du ferry, le coup de foudre est immédiat.

Le week-end ne se déroule pas comme le prévoyait le programme et Jake et Mallory se retrouvent, très souvent, à deux. Ils vivent trois jours merveilleux, mais, même s’ils semblent faits l’un pour l’autre, plusieurs obstacles empêchent leur histoire. Après avoir regardé ensemble le film « Même heure, l’année prochaine », ils décident de se retrouver tous les ans, à la même époque, quoi qu’il arrive.

Été après été, ils s’aiment dans la maison de Nantucket. Été après été, ils contournent les contretemps, les questions, les embûches, etc. Quoi qu’il arrive, ils passent le week-end du travail ensemble. Ils emmagasinent du bonheur et des souvenirs qui les accompagnent toute l’année. C’est une histoire qui dure vingt-huit étés et qui se conclut, dès le prologue, en 2020, par la seule séparation possible entre deux êtres qui s’aiment tant. Mallory charge son fils de passer un appel. Lorsque son interlocuteur se présente, il est surpris : il parle à une personnalité publique. Il découvre que sa mère connaît Jake McCloud.

La construction du récit est rythmée par ces vingt-huit étés. Chaque année commence par les sujets qui ont marqué l’actualité américaine, des plus dramatiques, comme les attentats du 11 septembre, aux plus légers (par exemple des succès cinématographiques ou musicaux), en passant par des scandales et des innovations. Certains sont inscrits dans la mémoire mondiale, d’autres ne concernent que les Etats-Unis. Ensuite, Elin Hilderbrand décrit les évènements qu’ont vécus les deux amoureux, séparément, puis ensemble, pendant ces trois jours magiques. S’ils ne s’étaient pas fait cette promesse, en 1993, leur vie aurait-elle été différente ? Sans cette parenthèse, auraient-ils effectué les mêmes choix ? Si les circonstances avaient été autres, leur histoire aurait-elle perduré ? L’intensité aurait-elle été la même ? Leur amour est si fort et si beau, déshabillé des contraintes du quotidien, que nous en oublions qu’il est impossible et les dommages collatéraux qu’il entraîne. Nous craignons le grain de sable qui les empêcherait de savourer ce moment suspendu. Comme Mallory, j’ai refusé de m’attarder sur les conséquences de leur relation, ne gardant que le merveilleux des sentiments, ignorant leurs sacrifices et transformant leurs frustrations en attente précieuse.

J’ai adoré Été après été.

Je remercie sincèrement Anne des Éditions Les Escales pour ce service presse.

De la même auteure

Un été à Nantucket

11 commentaires

  1. As-tu lu pieds nus ? Pour moi, ce roman est ma première rencontre avec cette auteure. Depuis, je la suis avec intérêt et passion.
    J’aime ses romans (même si je ne les ai pas tous aimés). J’ai noté le titre de ce dernier dans ma PAL. Je le découvrirai très prochainement… Tu nous donnes envie !

    Aimé par 2 personnes

    1. Coucou,

      J’avais lu Pieds nus, à sa sortie, il y a plus de dix ans et j’en avais gardé un souvenir mitigé. J’ai redécouvert cette auteure, l’année dernière, avec Un été à Nantucket, qui avait un immense coup de cœur.

      Bonne lecture à toi, 💖.

      😘

      Aimé par 1 personne

      1. Merci pour ta réponse… Souvent, notre ressenti est lié à notre état d’esprit du moment. Pour ma part, un très bon souvenir pour « Pieds nus » mais un ressenti mitigé pour « Un été à Nantucket »… (je viens de relire mon avis car je ne m’en souvenais plus).
        Bientôt mon avis pour ce nouveau roman…

        Aimé par 1 personne

      2. C’est vrai que le moment auquel on lit un livre influence notre ressenti. J’ai relu la quatrième de couverture de Pieds nus et j’ai constaté qu’à l’époque à laquelle je l’ai lu, je vivais des difficultés qui sont évoquées dans le résumé. Cela a pu jouer sur ma perception.

        Je lirai avec plaisir ton avis sur Eté après été. J’espère qu’il te séduira plus que Un été à Nantucket.

        Bonne soirée.😘

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s