Bestial, Anouk Shutterberg

Bestial
Anouk Shutterberg
Editions Plon

Quatrième de couverture

Un thriller haletant qui vous plongera dans les bas-fonds de la nature humaine.

Ça fait un moment que la voiture s’est arrêtée. Alors pourquoi ? Pourquoi, ils ne la sortent pas de ce coffre ? Les chiens aboient toujours comme des dingues. Mathilde tremble. Il faut qu’elle garde la tête froide. Ne pas flancher.
Soudain, elle entend des pas qui se rapprochent. Une odeur de moisi. C’est tout ce dont elle se souvient avant qu’il ne lui retire sa cagoule et qu’elle ne découvre l’Enfer.

La première c’était Fanny en 2007, puis ce fut le tour de Pénélope, Jessica, Ambre et Agnès. Treize ans plus tard, la même chose arriva à Elena, Candice, Inès, Sophia et maintenant Mathilde. Même profil : jolies et toutes âgées de 12 ans. Toutes volatilisées du jour au lendemain dans le même quartier parisien. Les « Disparues du 9e », une affaire qui piétine depuis des années. Ils ont dû manquer quelque chose, le commissaire Jourdain en est certain, mais quoi ?

« Suivez les chiens », voilà le seul indice qu’il a reçu par une mystérieuse source anonyme. Quelqu’un tente de les aider, mais qui ? Les enlèvements des jeunes filles auraient-elles un rapport avec le trafic de chiens de combat qui sévit sur le territoire français et au-delà des frontières ? De découvertes macabres en découvertes macabres, Jourdain et son équipe parviendront-ils à retrouver la trace des jeunes disparues ? Le temps est compté…

Quand on pense avoir découvert l’Enfer, le pire est à venir…ce qui se cache derrière l’affaire des « Disparues du 9e » est de l’ordre de l’innommable, de l’insoutenable.

Après Jeu de peaux, Anouk Shutterberg nous emmène dans les recoins les plus sombres de la nature humaine. Une histoire dont personne ne sort vraiment indemne.

Mon avis

Février 2017. Comme tous les matins depuis dix ans, Stéphanie se scarifie. Les médicaments ont remplacé l’alcool, son couple s’est défait, son fils a grandi comme il a pu. Elle est « une mère seule et malade de vivre ». Sa vie s’est arrêtée le 14 juillet 2007, quand sa fille a disparu. Agnès avait douze ans. Avant elle, entre février et avril 2007, dans le même périmètre autour de Montmartre, quatre adolescentes du même âge se sont, également, volatilisées. Stéphanie est persuadée que Fanny, Pénélope, Jessica, Ambre et Agnès sont prisonnières d’un sadique. Elle le sent dans ses tripes et les images que cela évoque lui sont insoutenables. Ce 22 février, elle reçoit un paquet ; c’est un cadeau piégé, un message.

20 juillet 2020. Les parents de Mathilde, une jeune fille blonde, âgée de douze ans, signalent sa disparition. Le commandant Stéphane Jourdain comprend, immédiatement, que le prénom de l’adolescente va étoffer le dossier des « disparues du 9e », celui qui le hante depuis plus d’un an. Elena, Candice, Inès et Sophia se sont évaporées en plein jour. Comme Mathilde. Cinq filles : la sinistre série de 2007 se répète. C’est alors que Jourdain reçoit un sms mystérieux, lui conseillant de suivre les chiens.

Si votre maman a toujours peur, quand vous arrivez en retard, les Éditions Plon, dans une publication de conseils pour la fête des Mères, vous recommandent Bestial. 😀 Certainement pour renforcer ses peurs, car ce thriller est une plongée en enfer. Il nous entraîne dans les tréfonds du Dark Web, dans les profondeurs du mal, dans l’inhumanité barbare, aux domaines de compétence élargis. Le récit alterne entre l’enquête et les horreurs commises par des personnes, qui n’ont d’humain que le nom. Leur conscience a été engloutie par les flots, en même temps que leur innocence. Guidé par un indicateur anonyme et appuyé par la capitaine Lucie Brunevial, Jourdain remonte les traces de trafics effroyables. L’horreur balaie sa vie. Les rebondissements rythment ce suspense et il y en a un que vous appellerez de tout votre cœur…

J’avais adoré Jeu de peaux et j’ai été encore plus conquise par Bestial. J’ai ressenti qu’Anouk Shutterberg avait déversé ses tripes. Ce thriller a résonné avec mes angoisses de mère et mes terreurs au sujet de la monstruosité humaine. J’ai été meurtrie, malmenée, effrayée et happée par le suspense.

Je remercie sincèrement Constance des Éditions Plon pour ce service presse dédicacé.

De la même auteure


Jeu de peaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s