Le Porteur de joie, Maurice Chalayer

Le Porteur de joie
Maurice Chalayer
Editions de Borée
Collection Terre de Poche

Quatrième de couverture

Joseph passe une enfance heureuse entouré d’une famille aimante. Pourtant, dans la famille Guillotot, personne n’est d’accord : tandis que Marius, son père, soutient activement les idées de Jaurès, sa grand-mère Rose, très pieuse, ne supporte pas la séparation de l’Eglise et de l’Etat soutenue par son gendre ! Joseph, lui, n’a qu’une passion : courir. Qu’un rêve : devenir champion olympique. Avec ses deux amis, Rachel, la fille du maire, et Adrien, le fils du boucher, il passe des heures à s’entraîner. Mais la guerre est déclarée, et pourrait bien bousculer le destin de ces trois amis…

Mon avis

1902, dans le Cantal. Lors d’une soirée qui aurait pu se terminer en drame, Joseph Guillotot découvre le plaisir de courir. Il a trois ans, il est empoté, mais la peur l’a forcé à se surpasser. Depuis cet évènement, il ne pense qu’à sa passion. Il entraîne ses copains dans ses exploits : il se mesure aux plus grands que lui, aux voitures et aux flots de l’eau. Et il court… il ne pense qu’à courir. Son père lui enseigne la gymnastique, son instituteur le chronomètre et ses amis, Rachel et Adrien, l’encouragent. Il est courageux, volontaire et têtu… comme son père.

Ce dernier, Marius, a un sacré caractère. Il est à l’origine de la passion de son fils. Lors de la première scène, je l’ai détesté, mais très vite, j’ai découvert sa vraie personnalité. Il est aimant et pacifiste. En effet, il est un admirateur de Jean Jaurès. Il affirme ses idées haut et fort. Ses convictions au sujet de la religion l’opposent régulièrement à sa belle-mère. Celle-ci est très pieuse et souhaite que sa famille le soit aussi. Or, Marius soutient ouvertement la loi de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Toute sa vie, il montre que ce n’est pas la foi qui définit le cœur d’un homme, mais ses actes.

Joseph grandit dans un foyer heureux, où chacun exprime ses pensées et ses convictions. Il s’enrichit des différences et entretient son rêve de devenir champion olympique. Dans le village, tous ne le comprennent pas, d’autant que les idées de son père ne font pas l’unanimité. Les parents de Rachel et Adrien attendent de prendre leur revanche sur les Allemands, alors que Marius clame son opposition à la guerre. Hélas, en 1914, la guerre est déclarée.

Dans ce roman, Maurice Chalayer rend hommage à Joseph Guillemot, champion olympique aux Jeux d’Anvers, en 1920. Les exploits et les temps « chronographiques » sont exacts, mais l’histoire est le fruit de l’imagination de l’auteur. Aussi, alors que je ne me passionne pas pour l’athlétisme, j’ai adoré Le Porteur de joie. Je me suis beaucoup attachée à son héros. J’ai aimé qu’il ne soit pas parfait. Son entêtement lui a apporté autant de bonheur que de douleur. Il est qualifié de « cabochard » et j‘ai été sensible au fait qu’il ne se laisse pas imposer des opinions. Cependant, il est arrivé que son caractère le conduise dans la mauvaise direction. J’ai été touchée par son attitude et par son vécu, pendant la Première Guerre mondiale. Il a été courageux et il a montré une force incroyable pour surmonter les terribles épreuves qui menaçaient de briser son destin. Je me suis attachée à de nombreux personnages, tels que son père, sa mère, son instituteur, etc. Tous ont œuvré pour le succès de Joseph, mais aussi pour son épanouissement.

La partie historique du roman est captivante. L’auteur décrit la vie dans un village au début du XXe siècle, la perception des Français de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat et les scènes de révolte que ce texte a provoquées, l’instruction militaire à l’école, les effets du gaz moutarde, mais aussi des faits méconnus, comme les championnats militaires sur le front et les missions d’Adrien sur les champs de bataille…

J’ai adoré Le Porteur de joie et je remercie sincèrement Virginie pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s