Tant que nous serons séparés, Tamara McKinley

Tant que nous serons séparés
Tamara McKinley
Editions de l’Archipel

Quatrième de couverture

Mary, 18 ans, se rend à Cliffehaven pour percer un secret de famille. 8e volet de la saga « La pension du Bord de mer », par l’autrice de La Dernière Valse de Mathilda.
Quand des ruines surgit un secret de famille…

Sussex, octobre 1942. Mary Jones, tout juste 18 ans, accompagne à la gare son petit ami de toujours, Jack, qui part sur le front. Sur le chemin du retour, elle apprend que le presbytère de ses parents a été bombardé.
Des décombres elle parvient à extraire le coffre de son père, qui contient ses journaux intimes. Chez les parents de Jack, où elle a trouvé refuge, Mary en prend connaissance. Et ce qu’elle lit la bouleverse…
À tel point qu’elle décide de partir à Cliffehaven, sur la côte sud-est du pays, pour y trouver des réponses. Là, elle se lie d’amitié avec la propriétaire de la pension du Bord de mer, la chaleureuse Peggy Reilly.
Cette dernière découvre bien vite la raison de sa présence. Mais, en voulant aider sa nouvelle protégée, Peggy court au-devant des problèmes. Remuer le passé n’est jamais sans danger…

Mon avis

Tant que nous serons séparés est le huitième tome de la saga « La Pension du bord de mer ». Comme pour les précédents, il est possible de le lire sans avoir lu les autres. Bien que des personnages soient récurrents, chaque opus est consacré à une nouvelle héroïne. Dans celui-ci, il s’agit de Mary.

Sussex, octobre 1942. Mary vit avec ses parents au presbytère dans lequel officie son père. Ce dernier est âgé et elle est très attachée à lui. Hélas, les relations avec sa mère ne sont pas aussi harmonieuses. Le jour de ses dix-huit ans, Jack, son petit ami, lui annonce qu’il part au front. Elle sort en cachette pour l’accompagner à la gare. Sur le chemin du retour, elle apprend que ses parents sont morts dans un bombardement. Seuls la voiture paternelle et un coffre appartenant au Pasteur ont échappé aux flammes. Lorsqu’elle trouve le courage d’explorer le contenu de la malle, sa vie vole en éclats. Elle décide alors de partir à Cliffehaven où elle espère trouver des réponses aux secrets familiaux. Même si elle n’est pas logée par Peggy, elle sympathise très vite avec elle. Lorsque la logeuse découvre les raisons de sa présence, elle est inquiète : elle préférerait que le passé reste enfoui.

Les pensionnaires de Peggy sont au cœur de ce tome. J’ai beaucoup apprécié que Tamara McKinley rappelle de quelle manière les jeunes filles sont arrivées chez elle et qu’elle donne des nouvelles de chacune. J’ai aimé ce retour sur le passé ; il m’a donné la sensation de retrouver des amis proches. De plus, le mystère s’épaissit au sujet de Rosie, l’amoureuse de Ron, ce qui attise beaucoup ma curiosité. Au fil des tomes, mon attachement au beau-père de Peggy est de plus en plus fort. Il m’émeut beaucoup. Ses airs de sacripant dissimulent un héros. Quant à la logeuse au cœur d’or, elle ne change pas : elle est toujours attentive aux autres et prête à leur tendre la main. Son empathie semble sans limite. Je sais qu’elle est un personnage de fiction, pourtant, j’aimerais la rencontrer.

En ce qui concerne la partie historique, j’ai été très intéressée et touchée par mes découvertes au sujet des photographies d’Airgraph. Ce procédé était utilisé, pendant la Deuxième Guerre mondiale, pour acheminer le courrier destiné à ceux qui se battaient sur le front. Le récit explique combien cette astuce a été utile pour le moral des soldats. L’auteure s’attache à montrer l’importance de l’effort de guerre ; elle décrit le rôle essentiel des femmes et des hommes trop âgés ou trop jeunes pour combattre.

Lorsque la fin du livre approche, nous comprenons que, pour la première fois depuis le début de la série, l’intrigue au sujet de l’héroïne de départ, Mary, gardera certains mystères. Aussi, nous devinons que le prochain opus lui accordera une place importante. Évidemment, je me languis de le lire. J’ai adoré Tant que nous serons séparés, qui confirme mon coup de cœur pour cette saga.

Je remercie sincèrement Mylène des Éditions de l’Archipel pour ce service presse.

De la même auteure

Et le ciel sera bleu (tome 1 de la saga – non chroniqué)

Si loin des siens (tome 2 de la saga)

L’espoir ne meurt jamais (tome 3 de la saga)

Où le cœur se pose (tome 4 de la saga)

Quand on ne peut oublier (tome 5 de la saga)

L’avenir nous appartient (tome 6 de la saga)

Vers des jours meilleurs (tome 7 de la saga)

Les échos du souvenir

La route de Savannah Winds

Les fleurs du repentir

Une pluie d’étincelles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s