La Caverne de vie, Michel Lacombe

La Caverne de vie
Michel Lacombe
Editions de Borée
Collection Terres d’écriture

Quatrième de couverture

30 000 ans avant notre ère, les Nunki s’apprêtent à gagner la grotte où ils passeront l’hiver, leur chef Naos à leur tête Lanilis, l’homme de Vie du clan, sent que le moment est venu pour lui de former son successeur. Il ne tarde pas à identifier un nourrisson, baptisé Kaïnilis, qu’il va peu à peu former. Apprentissage du savoir faire des autres, connaissance de soi même, de la nature, épreuves, maîtrise de l’art sacré de la peinture rupestre, le chemin sera long et les étapes à franchir nombreuses avant que Kaïnilis ne puisse prétendre au statut d’homme de Vie du clan. Lanilis a t il vu juste en le choisissant ?

Mon avis

30 000 ans avant notre ère. Laos est le chef de clan des Nunki. Son ami, Lanilis en est l’Homme de vie. Ce dernier sent qu’il est le moment de choisir une jeune vie à initier, qui le remplacera quand les forces l’auront rappelé. C’est à lui que revient la mission de faire son apprentissage, comme Kiffa l’a fait avec lui. Il doit lui transmettre son savoir, apprendre à écouter les forces, à utiliser tous ses sens pour permettre la survie de son clan. Trois femmes portent la vie et Lanilis pressent qu’un de ces bébés est son successeur. C’est la raison pour laquelle Naos et Lanilis décident de passer l’hiver dans la vallée des Forces. Cette vallée est sacrée, aussi chaque tribu ne s’y installe que pour des évènements hors du commun.

Lorsque le bébé d’Oarine vient au monde, Lanilis sait qu’il est l’Enfant de vie : il semble être plein de vigueur et « comme Lanilis, il avait la forte ossature et le crâne allongé de Ceux de la Race » (p. 71) ; il lui donne le nom de Kaïnilis. Il entend aussi les messages des Forces qui lui indiquent les animaux qui protégeront le futur homme de Vie. Ce petit sera-t-il le digne successeur du sage Lanilis ? Ce dernier lui transmet ses connaissances, il lui apprend à lire la nature, à puiser les forces en lui, à entendre les autres, à se nourrir de leur savoir. Il lui enseigne l’art rupestre et celui des Forces. Une longue série d’épreuves attend le futur homme de Vie.

A travers le destin de l’élève et de celui du maître, nous découvrons le fonctionnement d’une tribu préhistorique. Fort de ses connaissances sur cette période, l’auteur a imaginé la vie d’un clan, celui des Nunki. A travers eux, il raconte les traditions qui ont permis de perpétuer les gènes, que ce soit au sujet des unions, de la cueillette, de la chasse, du feu, de la transmission des savoirs, etc. A partir des traces laissées par les hommes préhistoriques, Michel Lacombe livre sa représentation de leur mode de vie, de leurs croyances, de leurs relations, etc. Grâce à lui, nous comprenons que ce que les hommes attribuaient au sacré était, en réalité, le fruit de l’apprentissage. C’est un livre passionnant qui immerge, entièrement, dans la vie quotidienne d’êtres qui ont vécu plus de 32 000 ans avant nous et qui, cependant, grâce à la narration de Michel Lacombe, nous semblent proches. Même si mon ouvrage de référence au sujet de cette période reste La Traversée des temps – Paradis Perdus de Eric-Emmanuel Schmitt, j’ai beaucoup aimé La Caverne de vie. Il me faut préciser que mon intérêt pour la Préhistoire est très récent ; la destinée des Lunki renforce mon envie de découvrir cette ère riche en enseignements.

Je remercie sincèrement Virginie des Editions de Borée pour ce service presse.

Du même auteur

Le Filon du hasard

La vengeance de Jean sans Dieu

La Panse-bêtes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s