16, Greg Buchanan

16
Greg Buchanan
Editions Calmann-Lévy

Quatrième de couverture

Dans la campagne marécageuse et pittoresque d’Ilmarsh, les apparences sont malheureusement trompeuses…
L’inspecteur Alec Nichols et la vétérinaire Cooper Allen vont le découvrir à leurs dépens. Leur quotidien paisible vole en éclats le jour où ils se rendent sur la scène d’un crime atroce et unique : face à eux, seize cadavres de chevaux. Impossible de cerner le profil de ce tueur si spécial, ses intentions, ou de déterminer qui sera sa prochaine cible.
Les deux enquêteurs vont vite comprendre que le mal sommeille à Ilmarsh : mensonges, incendies, meurtres en série… personne ne sera épargné.
Cette petite ville tranquille survivra-t-elle à la vérité ?

Mon avis

Alec Nichols est appelé sur une scène de crime atroce : « seize têtes de chevaux à demi enterrées, toutes avec un unique bout de peau exposé aux regards et un œil face au soleil ». Elles ont été découvertes sur les terres d’un fermier, qui n’a jamais possédé d’équidés. Pour aider l’inspecteur à mener ses investigations, Cooper Allen, une vétérinaire, est envoyée un renfort. Un an après, cette dernière aura du mal à exprimer à la thérapeute (qu’on l’a forcée à consulter), ce qu’elle a ressenti pendant cette enquête, dans les paysages désertés d’Ilmarsh.

Cette affaire est nébuleuse, les habitants énigmatiques et d’autres morts succèdent à celles des animaux. Des allers-retours dans le passé semblent montrer que le mal qui s’étend dans cette bourgade d’Ecosse, a des racines anciennes. Mais même le passé garde ses mystères. L’atmosphère est noire, elle est seulement éclairée par la couleur orangée des incendies. Elle est si oppressante, que ses tentacules semblent prendre les forces des habitants. Ils semblent subir les faits, sans réagir. Ce phénomène s’étend à Alec. En effet, alors que son entourage devient la cible du criminel, il paraît jeter peu de forces dans la bataille. Il semble enlisé dans le climat voilé qui entoure la ville, comme s’il n’avait plus de ressorts.

Il m’est difficile d’avoir un avis sur ce suspense. J’ai aimé son ambiance intrigante, chaque élément nouveau renforçait cette sensation de mystère, je ne savais pas ce que je devais chercher, je ne comprenais pas les intentions du criminel et je formulais aucune supposition au sujet de son identité. L’auteur tire les fils, sans dévoiler ce qui les relie et les nœuds se serrent et se desserrent, en fonction de ce qu’il décide de nous révéler. J’ai beaucoup apprécié la narration et ce sentiment de me perdre dans son histoire. Cependant, je regrette de garder ce sentiment, à la fin de ma lecture. J’ai l’impression de ne pas avoir reçu toutes les réponses, d’avoir été tellement envoûtée par le récit que je n’ai pas perçu la véritable intrigue. Après la dernière page, je m’aperçois que je n’ai pas compris les intentions criminelles. J’éprouve un tiraillement étrange : celui d’avoir pris du plaisir à lire, opposé à cette frustration de ne pas avoir compris la fin.

Je remercie sincèrement Doriane des Éditions Calmann-Lévy pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s