Ils ne faisaient que rêver, Ondine Khayat

Ils ne faisaient que rêver

Ondine Khayat

Editions Charleston

Quatrième de couverture

En Inde, face au Gange pollué, Thalie et Alisha se font une promesse du haut de leurs neuf ans : unir leurs forces pour changer le monde.


Vingt ans plus tard, à Paris, devenues de ferventes militantes écologistes, elles organisent une grande marche pour le climat. Pour la première fois, la jeunesse défile en même temps dans toutes les capitales du monde. Mais de violentes explosions anéantissent brusquement leur espoir d’un avenir meilleur.


Face à cette menace, les gouvernements prennent alors une décision radicale, celle d’entrer d’une manière inédite dans l’intimité des citoyens. Jusqu’où sont-ils prêts à aller ?
Soudain, les rêves et les promesses d’enfance deviennent plus importants que jamais.


Après le succès du Parfum de l’exil, Ondine Khayat s’empare une nouvelle fois des grandes questions au coeur de son travail : Peut on tout vendre et tout acheter ? Quelle valeur donner à la vie humaine ? Un vibrant plaidoyer pour notre humanité commune.

Mon avis

Ce samedi 22 avril, journée mondiale de la Terre, des rassemblements sont organisés dans le monde entier. Les jeunes défilent « POUR UN MONDE MEILLEUR » et interpellent les gouvernements et les puissants de toute la planète. Thalie et Alisha font partie du cortège français. Il y a vingt ans, alors qu’elles avaient neuf ans, elles se sont promis d’unir leurs forces pour changer le monde ; elles vivaient en Inde et elles avaient découvert que la rivière Gange était polluée par les industriels.

Alors qu’Alisha prononce un discours, Thalie entend un sifflement, suivi de déflagrations. Sur les écrans, des explosions se produisent simultanément dans d’autres capitales. De nombreux jeunes sont tués. Thalie voit sa meilleure amie mourir sous ses yeux. Le monde est en émoi et les dirigeants de tous les pays prennent des décisions inédites et radicales. Un nouveau combat débute pour Thalie et les citoyens. Un danger imperceptible a éclos. Malgré elle, la jeune fille y est confrontée, sans en connaître les contours. Mais dans l’ombre, des personnes se battent pour le contrer.

J’ai aimé les messages au sujet de l’urgence écologique. J’ai été sensible à la volonté des personnages de se battre pour un monde meilleur et au désir de l’auteure d’alerter sur le mal fait au monde animal, à notre planète et à l’humanité. J’ai, aussi, apprécié le suspense : Thalie est prise dans un engrenage dont elle ne mesure pas les risques et les enjeux. J’ai bien aimé le rythme trépidant du roman… pourtant, un élément essentiel de l’histoire m’a heurtée. Ils ne faisaient que rêver résonne fortement avec des évènements récents. Il est impossible de ne pas y voir des parallélismes. Les faits imaginés par Ondine Khayat permettent une interprétation des faits réels qui m’a gênée. De plus, ils renvoient à un passé, qui résonne douloureusement, en ce moment. Aussi, ce livre m’a dérangée. C’est certainement une question de perception, puisque cette histoire confortera d’autres personnes dans leurs convictions. 

Je remercie sincèrement les Editions Charleston et l’agence Gilles Paris pour ce service presse.

De la même auteure

Le parfum de l’exil

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s