Journal d’une Pétasse biodégradable, Anne-Charlotte Laugier

Journal d’une Pétasse biodégradable

Anne-Charlotte Laugier

Éditions Ramsay

Quatrième de couverture

La permaculture, elle n’en a cure. La biodiversité, elle s’en est toujours méfiée. Les mouvements LGBT ne l’ont jamais concerné. Mais il suffit d’une rencontre, et d’un enchaînement de hasards comme elle aime les provoquer, pour que la Pétasse délaisse sa voiture et découvre de nouveaux horizons. Après le Journal d’une pétasse au volant, le Journal d’une pétasse biodégradable déroule le fil d’un personnage drôle, caricatural, mais tellement humain et qui entend bien revendiquer son curieux féminisme.
Celui d’une femme, et de toutes les femmes, qui veulent jouer tous les rôles, tout de suite. Car elles se veulent amoureuses, concernées, frivoles et profondes à la fois. Va-t-elle se laisser embarquer dans une nouvelle vie ou se dépêcher de retrouver le confort de sa vie bien organisée ? Avec elle, rien n’est simple, rien n’est acquis, et rien n’est définitif, mais toujours très drôle, délirant, parfois absurde.

Mon avis

La veille, la narratrice qui ne dira pas son nom, puisqu’il ne nous regarde pas, a bu beaucoup d’alcool. Le besoin de caféine la force à entrer dans l’antre maudit, qu’habituellement, elle évite : la cafète. Elle se « fraye un chemin au milieu du populo pour filer droit vers son cours sucré ». (p. 8) Bien sûr, elle n’a pas de monnaie. Alors que personne ne se précipite pour la dépanner, une nouvelle recrue de l’entreprise insère des pièces dans la machine et lui offre sa boisson, accompagnée de remarques sur sa peau. 

Aussitôt, la pétasse appelle sa copine Soso, qui la renseigne au sujet de l’impertinente. Contre toute attente, cet événement transforme la vie de celle qu’on ne connaît que par son surnom. Dans ce nouvel opus, elle vit des aventures à la campagne et elle démontre qu’elle n’est pas à une contradiction près. Au hasard des rencontres et des liens qu’elle noue, elle est de toutes les causes, même quand elles sont opposées. 

J’avais découvert l’héroïne dans Journal d’une pétasse au volant. Elle m’avait beaucoup amusée et j’avais eu de grands éclats de rire. J’ai regretté que, dans ce nouveau tome, elle se soit autant adoucie. J’imagine qu’il est difficile d’être une pétasse à long terme, que cela est fatigant d’avoir de la répartie et de trouver à redire sur tout, mais je ne l’ai pas reconnue. Sa relation avec Gabriel semble l’avoir énormément assagie. Pourtant, elle n’est pas apaisée, son cerveau turlupine toujours à plein régime, mais elle m’a semblé moins revendicatrice et moins exaspérante. Je l’ai regretté, car c’est ce qui faisait son charme. Il est vrai qu’il est délicat d’attaquer des causes justes, or dans le Journal d’une pétasse biodégradable, elle est plongée dans un combat écologique. Malgré ce sentiment de nuances, la Pétasse m’a fait sourire, bien que je l’aurais aimée plus sarcastique, et j’ai passé un très bon moment avec elle.

Je remercie sincèrement les Editions Ramsay pour ce service presse.

De la même auteure

Journal d’une Pétasse au volant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s