Le cabanon à l’étoile, Hélène Legrais

Le cabanon à l’étoile

Hélène Legrais

Editions Calmann-Lévy

Collection Territoires

Quatrième de couverture

Mystère autour d’une jeune fugueuse sous le soleil brûlant de la Catalogne.


L’été est là. Au volant de sa Deudeuche, Estelle, artiste-peintre désargentée et bohème, part rejoindre son cabanon du Bourdigou, un de ces villages de vacances « sauvages » faits de cabanes bricolées qui fleurissent sur le littoral catalan en ce début des années 1960.


Elle prend en stop une toute jeune fille partie à l’aventure, qui dit s’appeler Cassiopée. Estelle n’est pas dupe mais elle lui offre son affection et le gîte dans sa paillotte.


D’une beauté ravageuse, la nouvelle venue ne tarde pas à provoquer des remous dans le village. Ses manières libres, sa sensualité ardente choquent, au point qu’Estelle doit plusieurs fois prendre sa défense. Pourtant, la rage de vivre de sa protégée finit par l’effrayer.

Que fuit Cassiopée ? Pourquoi a-t-elle quitté les siens ? Sans rien brusquer, Estelle va percer à jour son bouleversant secret…

Mon avis

Estelle est artiste peintre. Toute l’année, elle vit à Perpignan, dans un petit appartement sous les toits, qui, en été, devient étouffant. Aussi, tous les ans, à la belle saison, elle séjourne dans son cabanon du Bourdigou et y retrouve les habitués. Comme les autres villages « sauvages », le lieu de vacances d’Estelle est menacé d’être détruit.

En juin 1966, la cinquantenaire s’arrête et invite dans sa Deudeuche, une auto-stoppeuse renfrognée, âgée d’une vingtaine d’années, qui rêve de voir la mer et le soleil. Elle n’a pas l’accent du Sud, mais sa voix possède des intonations qu’Estelle peine à reconnaître. Elle prétend s’appeler Cassiopée. « Un nom de guerre en quelque sorte. Un qui n’existait que dans le ciel, écrit en W tout près de l’étoile Polaire. » (p. 11) Entre celle qui peint les étoiles et celle qui a choisi le nom d’une constellation, la rencontre semble écrite.

Estelle est attendrie par sa compagne de route ; elle est persuadée qu’elle est en fugue et lui offre un refuge dans son cabanon. Sans qu’elles n’évoquent le sujet, les jours deviennent des semaines. La présence de Cassiopée perturbe la quiétude du village. Elle paraît décidée à vivre toutes les expériences, sans entraves et sans engagement. Elle attire les regards masculins et la jalousie féminine. Estelle a, elle aussi, quitté un monde qui ne lui correspondait pas. Aussi, elle se reconnaît dans ce besoin de liberté et elle s’est attachée à celle qu’elle appelle sa protégée. Cette dernière parvient à faire naître en elle des sentiments maternels qu’elle ne pensait pas posséder.

Estelle respecte le besoin de silence de sa belle invitée. Aussi, rassurée par la bienveillance de son hôtesse à son égard, Cassiopée livre ses secrets, avec douceur, sans rage, sans éclats, avec résignation et acceptation ; j’ai été bouleversée par son récit. Ses confidences ébranlent l’artiste. Elle décide de réaliser la plus belle œuvre de sa vie, celle qui ne s’accroche pas sur les murs, mais dans les âmes. A celle qui est devenue si importante à ses yeux, elle offre le plus beau des voyages : celui du cœur. Ce cadeau m’a énormément émue. J’ai eu envie de connaître cette femme merveilleuse, qu’elle m’entoure de ses bras protecteurs, j’ai alors pensé à certaines personnes qui ont croisé mon chemin et m’ont tendu la main, au moment où j’en avais besoin. Cependant, Estelle est confrontée à une décision difficile.

Ce roman est une belle ode à la France, à ses paysages, à ses richesses naturelles, à sa beauté et rappelle la diversité de ses reliefs. Il attise l’envie de découvrir notre beau pays. Il est, aussi, un espoir porté par l’auteure d’un retour aux valeurs fondamentales. Enfin, c’est une histoire magnifique d’entraide, de solidarité, d’amitié, de respect de l’autre, de tolérance et de liberté. Le cabanon à l’étoile a fait couler mes larmes, a fait briller mes yeux et a empli mon cœur d’humanité. Il m’a émue et attendrie. Je l’ai adoré.

Je remercie sincèrement Doriane des Éditions Calmann-Lévy pour ce service presse dédicacé.

De la meme auteure

Nous étions trois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s