Le désosseur de Liverpool, Luca Veste

Le désosseur de Liverpool

Luca Veste

Editions de l’Archipel

Quatrième de couverture

« Le Désosseur de Liverpool vous hantera, de nuit comme de jour. » Val McDermid

Légende urbaine ou meurtrier de chair et d’os ?
 
Tous les enfants de Liverpool connaissent la comptine du Désosseur, monstre qui vivrait dans les bois depuis des décennies, enlèverait et tuerait ceux qui s’y hasardent – même si l’on n’a jamais pu prouver son existence…
Un jour, Louise Henderson et son collègue Shipley sont appelés au chevet d’une jeune femme blessée à l’arme blanche, qui affirme avoir été agressée par le Désosseur.
Les deux policiers attribuent d’abord ses allégations au choc subi, mais, peu après, le corps d’un homme est retrouvé là où elle aurait été attaquée, une clairière où l’on identifie des traces du tueur. Ne serait-ce donc pas qu’une légende ?
Il apparaît bientôt que Louise aurait un lien très personnel avec le Désosseur. Que cache donc son passé, qui la hante depuis si longtemps ?

Mon avis

Tous les enfants aiment jouer à se faire peur. Ceux de Liverpool n’échappent pas à la règle. La légende inspire leurs jeux et ils connaissent tous la comptine : 

Le Désosseur arrive, 
Le Désosseur existe. 
Il ne s’arrête jamais, 
Il ne ressent rien. 
Il t’attrapera, 
Il te fera pleurer, 
Il coupera dans ta chair, 
Et ne gardera que tes os.

Certains ont joué à débusquer le désosseur et ne sont jamais revenus. Il y a longtemps, Marty a suivi sa sœur et ses amis, dans le tunnel. L’adolescent de quatorze ans n’en est pas ressorti et n’est jamais réapparu.

Louise est détective constable. Un jour, son collègue Shipley et elle sont avertis qu’une femme s’est effondrée, dans la rue. Avant de tomber, elle marchait, hagarde. Elle saignait énormément et elle chantait une chanson : celle du désosseur. « Sa peau a été tranchée à plusieurs endroits. Comme s’il l’écorchait vive. C’est incroyable, ce qu’un humain peut infliger à un autre être humain. » (p. 38) A son réveil, la victime dit que le désosseur existe réellement, que c’est lui l’a torturée et qu’elle a réussi à lui échapper. Elle est persuadée qu’il va revenir la chercher. Les policiers pensent que le traumatisme alimente ses peurs. Pourtant, quelques jours plus tard, un homme est retrouvé mort, près de l’endroit d’où elle se serait échappée. Les enquêteurs découvrent alors des marques inquiétantes sur les arbres.

Cette affaire remue Louise plus qu’elle ne veut l’avouer. Elle ne veut pas laisser son passé envahir sa vie et elle désire qu’il reste enfoui dans les brumes de son esprit. Elle semble jouer un numéro d’équilibriste pour ne pas sombrer, ne pas basculer.

Pendant la première partie, j’ai été emportée par le dynamisme de l’écriture et par les faits qui s’enchaînaient. J’étais attentive au moindre indice afin de démêler les évènements qui s’entremêlaient de manière mystérieuse. Hélas, à un moment, je me suis perdue dans la multitude de pistes et d’éléments à relier. J’ai eu la sensation que l’intrigue était trop compliquée et, alors que je lisais ce thriller sans déplaisir, je ne ressentais plus d’attente à reprendre ma lecture. Puis, j’ai eu l’impression de ne plus rien comprendre et de décrocher. Quand les investigations étaient au cœur du récit, mon intérêt s’éveillait, mais lorsque des éléments inexpliqués s’ajoutaient à l’opacité de l’enquête, mon attention s’émoussait, je perdais le fil. J’aime être bousculée, pourtant, j’avais l’impression de l’être sans être guidée. J’avais besoin de savoir ce que je devais chercher. Cependant, j’ai apprécié découvrir que je m’étais trompée sur des possibilités que j’avais envisagées.

Le désosseur de Liverpool vous passionnera si vous aimez les thrillers énigmatiques et que vous acceptez de vous laisser entraîner dans différentes directions, sans pouvoir tirer de conclusion jusqu’au dénouement. En ce qui me concerne, je l’ai trouvé agréable à lire, mais j’aurais aimé que l’auteur éclaircisse plus tôt le brouillard dans lequel je m’enfonçais.

Je remercie sincèrement Mylène des Éditions de l’Archipel pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s