L’enfant dormira bientôt, François-Xavier Dillard

L’enfant dormira bientôt

François-Xavier Dillard

Editions Plon

Quatrième de couverture

Quoi de plus désarmant que de regarder un nouveau-né s’endormir dans vos bras… Mais êtes-vous certain qu’il se réveillera ?

L’homme remonte l’escalier de la cave. Il a la démarche saccadée d’un automate brisé et tient dans ses mains deux petits sacs-poubelles recouverts de cristaux de givre. La dernière vision qu’il aura avant de plonger dans le néant restera éternellement gravée dans sa mémoire : du sac noir a glissé une chose atroce, innommable.

Michel Béjart rêve d’une existence heureuse avec son fils Hadrien, mais tous deux ne guériront jamais du drame familial survenu quinze ans plus tôt. Une macabre découverte qui a brisé leur vie pour toujours. Michel essaie de se reconstruire au sein de la fondation Ange qu’il a créée pour la protection de l’enfance, et tente de surmonter son chagrin et sa culpabilité auprès d’une poupée « reborn », étrange bébé plus vrai que nature, qu’il chérit quotidiennement.
Un matin, la commissaire Jeanne Muller débarque à la Fondation. Des nouveau-nés ont été enlevés, et un vent de panique souffle sur les maternités parisiennes. Pourquoi Michel s’inquiète-t-il soudainement ? Les disparitions auraient-elles un lien avec la Fondation? En investiguant au coeur de cette institution tout entière tournée vers la parentalité, Jeanne ne tardera pas à comprendre ce que l’arrivée d’un enfant peut provoquer dans notre société, dans nos foyers et dans nos esprits. Le meilleur comme le pire…

Une histoire où personne n’est vraiment innocent, pas même les enfants…

Mon avis

Dans le congélateur familial, un homme fait une macabre découverte. Il remonte de la cave, avec deux sacs poubelle. Quand son épouse entre dans la maison, elle comprend qu’il sait. Comme il ne gère pas l’intendance de la maison, elle avait pu garder son secret. Paniquée, elle assomme son mari et prend la fuite avec leur fils de cinq ans. Sur le sol, gisent les preuves terribles.

Une femme anonyme et qui souhaite le rester, ne supporte pas que l’on lui parle. Seuls les rires des enfants enchantent ses oreilles.

Michel Béjart est le Président de la Fondation Ange, qui a pour mission d’offrir une nouvelle vie à des enfants malmenés par la vie. Il vit seul avec son fils, Hadrien, depuis qu’une nuit a détruit leur univers. Le jeune garçon, a les jambes paralysées et ne parle plus depuis plusieurs années : il communique par SMS. Il est empli d’amertume et sa colère est dirigée contre son père, qui est désemparé.

Jeanne Muller est commissaire à la Brigade des mineurs. Sans enfants, elle veille sur Samia, elle l’a aidée à quitter le milieu de la prostitution. Elle est la première personne à lui avoir offert du respect et à lui avoir tendu la main. Grâce à elle, la jeune fille a trouvé un équilibre auprès de Monique et Jean-Pierre. Ces derniers lui ont donné un foyer, de l’attention, alors qu’ils portent en eux une souffrance incommensurable. Samia essaie de se reconstruire, elle qui a vécu de nombreux traumatismes dans l’enfance. Hélas, le passé n’accepte pas de la laisser partir et un piège se tisse autour d’elle. Le plus grand danger n’est pas le plus visible.

Jeanne s’inquiète pour elle, mais elle n’est pas aussi disponible qu’elle le souhaiterait : deux bébés ont disparu dans des maternités parisiennes. Leur point commun est ténu : leurs parents avaient contacté la fondation Ange, pour adopter un enfant, avant que les progrès de la médecine aient permis aux deux femmes de porter la vie. Aucune piste ne se démarque, aussi, Jeanne décide de frapper fort pour faire éclore la vérité. Hélas, ses interrogatoires musclés ont des issues délicates. Retrouvera-t-elle les nourrissons vivants ?

Chaque chapitre est consacré à un personnage différent. Sans lien apparent, chacun traite de thématiques proches telles que la maternité, la parentalité et la violence envers les femmes et les enfants. Ces sujets sont évoqués à travers la maltraitance, l’enfance, l’adolescence, le désir d’enfant assouvi ou non, l’envie ou non d’être parent, les figures de substitution, les relations parents-enfants, les violences qu’elles soient sexuelles, physiques ou psychologiques, le désarroi parental, la souffrance infantile, les relations toxiques, etc. Au milieu de situations noires, un espoir tente de percer, guidé par des actes altruistes et bienveillants. Au fur et à mesure que l’intrigue se déroule, les fils s’entremêlent et des connexions s’établissent. Un indice m’a fait sourire lorsqu’il m’a permis d’en deviner une. C’était pour mieux m’endormir… En effet, fière de mon petit succès, je n’avais pas vu l’essentiel, je n’avais accordé mon attention qu’aux apparences, alors que la vérité se cachait dans ce qui était tu. Je ne l’ai pas toujours entendue et son éclat m’a pétrifiée et chavirée. 

J’ai adoré L’enfant dormira bientôt et je remercie sincèrement les Editions Plon pour ce service presse.

Du même auteur

Réveille-toi

Fais-le pour maman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s