Lorsque le dernier arbre, Michael Christie

Lorsque le dernier arbre

Michael Christie

Éditions Albin Michel

« Le temps ne va pas dans une direction donnée. Il s’accumule, c’est tout – dans le corps, dans le monde –, comme le bois. Couche après couche. Claire, puis sombre. Chacune reposant sur la précédente, impossible sans celle d’avant. Chaque triomphe, chaque désastre inscrit pour toujours dans sa structure. »

D’un futur proche aux années 1930, Michael Christie bâtit, à la manière d’un architecte, la généalogie d’une famille au destin assombri par les secrets et intimement lié à celui des forêts.

2038. Les vagues épidémiques du Grand Dépérissement ont décimé tous les arbres et transformé la planète en désert de poussière. L’un des derniers refuges est une île boisée au large de la Colombie-Britannique, qui accueille des touristes fortunés venus admirer l’ultime forêt primaire. Jacinda y travaille comme de guide, sans véritable espoir d’un avenir meilleur. Jusqu’au jour où un ami lui apprend qu’elle serait la descendante de Harris Greenwood, un magnat du bois à la réputation sulfureuse. Commence alors un récit foisonnant et protéiforme dont les ramifications insoupçonnées font écho aux événements, aux drames et aux bouleversements qui ont façonné notre monde. Que nous restera-t-il lorsque le dernier arbre aura été abattu ?

Fresque familiale, roman social et écologique, ce livre aussi impressionnant qu’original fait de son auteur l’un des écrivains canadiens les plus talentueux de sa génération.

Mon avis

2038, Canada, sur une île, au nord-ouest de Vancouver, en Colombie-Britannique. En dépit de ses diplômes de dendrologie, Jacinda (Jake) est garde forestière à Greenwood Island, seul endroit du monde préservé du Dépérissement. Alors qu’elle est étranglée par les prêts contractés pour ses études, les riches, eux, paient une fortune pour venir se ressourcer dans ce lieu appelé la Cathédrale arboricole de Greenwood. Ils fuient les villes asphyxiées de poussière et Jake leur présente les arbres qui ont survécu aux catastrophes climatiques. Certains clients l’engagent pour une visite privée, comme l’a fait Silas, son ancien petit ami, quand il a voulu lui faire des révélations : il pense qu’elle est l’héritière de ce domaine. Il lui confie alors un journal intime, ayant appartenu à la grand-mère de la jeune fille.

Michael Christie remonte les époques. 2038, 2008, 1974, 1934. Puis à partir du noyau 1908, il déroule le temps de manière chronologique : 1908, 1934, 1974, 2008, 2038. Jake, Liam, Willow, Harris et Everett, etc. relatent leur histoire. L’auteur déploie la forêt généalogique qu’ils constituent. Au départ, il nous les présente arbre par arbre, avant de relier leurs racines et de décrire leur enchevêtrement. Tous ont un rapport fort avec les arbres : certains s’enrichissent grâce à leur exploitation, alors que d’autres veulent les sauver et que les derniers cherchent un compromis. Les arbres sont les poumons de la terre et des personnages. Parfois, ils apportent l’oxygène, parfois, ils s’encrassent, ils tuent, ils meurent et ils sauvent. Ils sont, aussi, ceux qui conservent les secrets. De simple témoin, ils deviennent les gardiens de ce qui est confié au papier, fabriqué à partir de leur bois, mais les tornades font s’envoler les feuilles, sans les faire disparaître : elles se dispersent et réapparaissent. Les personnages sont implantés dans la terre, à défaut de l’être dans une famille. Quelques-uns ne connaissent pas leur origine, plusieurs ont grandi dans le mensonge, quand d’autres ont rejeté leurs racines et leur passé. La vérité se dévoile à nous, par touches ; l’époque précédente complète notre vision. Certains actes répréhensibles s’éclairent d’une humanité qui transforme notre perception.

En effet, ce roman est surtout une histoire humaine. Chaque génération imagine être la dernière, en raison de la souffrance du monde. Chacun cherche sa place, avec ses handicaps, ses forces, ses richesses, ses talents et son cœur. La générosité s’exprime dans les actes cachés, l’altruisme se dissimule dans les larcins, l’amour est enfoui dans la froideur, parfois même dans l’absence. Des places s’échangent, des sauvetages sont tus, des mensonges sont proférés pour sauver, des libertés sont sacrifiées sur l’autel de la vie, des attachements sont masqués et l’humanisme éclot là où on ne voyait que des mensonges et des rejets.

Lorsque le dernier arbre est une saga familiale, avec des personnages dont la dualité s’exprime dans la manière de mener leur vie et dans les traces qu’ils ont effacées volontairement. J’ai eu un immense attachement pour l’un d’eux : Everett. L’auteur lui consacre une grande part du récit. Cet homme très secret vous surprendra. Il est le pilier de l’intrigue, ses actions et ses silences ont une grande influence sur le destin de plusieurs générations.

J’ai eu un immense coup de cœur pour ce roman à la construction originale et merveilleuse, dans lequel l’humanisme et l’universalité comblent la noirceur que les passages de 2038 évoquent pour notre planète.

Je remercie sincèrement Francis des Éditions Albin Michel pour ce service presse.

7 commentaires

    1. J’avais très envie de le découvrir et, en même temps, il me faisait peur, j’avais peur de ne pas l’aimer. J’ai bien fait de ne pas écouter mes craintes, il est magnifique, 💖.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s