Rien n’est écrit, Sandrine Catalan-Massé

Rien n’est écrit

Sandrine Catalan-Massé

Editions Mon Poche

Quatrième de couverture

Daisy, actrice au sommet de la gloire, quitte Paris pour s’installer près de Montpellier avec sa tribu : son fils de dix ans, Joseph, son mari, Raphaël, la gouvernante, Filipa, et sa fille, Louise, sans oublier Hubert, leur chien aveugle. S’annonce alors le temps des jeux dans le sable, des soirées en bord de mer, à regarder grandir Joseph. Mais c’est sans compter avec un coup du sort : une maladie foudroyante frappe Daisy, qui déploie ses dernières forces pour trouver le moyen le plus ingénieux de rester en lien avec son fils, bientôt orphelin, par-delà la séparation.

Grâce à un solide sens de l’humour, à une sensibilité exacerbée, à un sens aigu de l’observation et à la sincérité de son écriture, Sandrine Catalan-Massé nous livre un roman au suspense irrésistible sur le formidable pouvoir de la résilience et sur la transmission entre parent et enfant. Un feel-good book qui touche en plein coeur !

Mon avis

Été 2001. Daisy est une actrice célèbre. Elle est surtout la maman de Joseph. Lorsqu’elle s’engage pour un tournage à Montpellier, elle en profite pour quitter Paris et s’installer dans sa ville natale. Elle commence une nouvelle vie avec son fils, son mari, ainsi qu’avec Filipa, sa gouvernante, Louise, la fille de cette dernière et Hubert, son adorable chien. Elle regrette d’avoir manqué des moments importants de l’enfance de Joseph, tels que ses premiers pas, aussi elle décide de passer plus de temps avec lui. Elle quitte même le plateau, pour se promener dans le petit train blanc qui parcourt la ville. Elle veut rattraper le temps passe loin de lui. Hélas, elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer à un stade avancé.

Elle décide de laisser une trace à son fils pour l’aider à surmonter son chagrin de la perte de sa maman. Dans le plus grand secret, elle rédige six lettres qui lui sont remises par son agent et ami, à des âges charnières. Joseph reçoit la première, quelques mois avant ses onze ans, à la mort de Daisy.

J’ai été très touchée par cette maman qui accompagne son fils par-delà la mort. A travers les écrits qu’elle lui a légués, elle espère pouvoir l’aider à grandir, malgré le manque maternel, lui inculquer des valeurs et lui dire qu’elle ne l’a pas abandonné, malgré son absence. J’ai été émue par cette mère qui observe son fils, sans pouvoir interagir avec lui. Elle n’est plus là pour le consoler, lorsque le poids est trop lourd, il ne peut s’épancher sur ses joies ou ses émois, elle ne peut l’empêcher de faire des erreurs, mais le lien existe à travers son courrier. Grâce à une touche de fantastique, Daisy sait ce que traverse son enfant, mais lui, doit apprendre à vivre sans elle. La détresse de ce garçon, orphelin de mère, m’a remuée. C’est une projection de mes peurs de maman si je venais à disparaître trop tôt. J’ai ressenti énormément de tendresse pour Joseph et je me suis sentie très proche de Daisy.

Pourtant, malgré les sujets du deuil et de l’absence, Rien n’est écrit n’est pas un roman triste. Il contient beaucoup d’humour, surtout lorsque Daisy doit apprivoiser sa nouvelle apparence. Il comporte, aussi, beaucoup d’espoir, car la mort ne peut pas rompre le lien mère-enfant. Enfin, il est surtout une histoire remplie d’émotion. Je l’ai adoré.

Je remercie sincèrement Virginie des Éditions Mon Poche pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s