Reikiller, Laurent Philipparie

Reikiller

Laurent Philipparie

Editions Plon

Quatrième de couverture

Et si le remède était pire que le mal ?

Jenny, prodigieuse acrobate, intègre la troupe d’un célèbre cabaret périgourdin, le Satyre Rieur. Elle vient de s’installer dans la région pour être aux côtés de Didier, gendarme à la Brigade de recherche de Sarlat. Ce dernier enquête sur la disparition de plusieurs touristes allemandes. Un prédateur assoiffé de sang roderait dans les bois…
Avec leur fille âgée de cinq ans, le couple aurait tout pour être heureux si la petite Luna n’avait pas développé une grave tumeur cérébrale contre laquelle la médecine conventionnelle ne peut rien. Les jours de l’enfant sont comptés.
Tandis que Didier noie son chagrin dans l’enquête, Jenny cherche un espoir. Virginie, la charismatique patronne du Satyre Rieur, pratique le reiki, une technique de guérison ancestrale basée sur les flux d’énergie. Elle prétend pouvoir sauver Luna…  
Et si le remède était pire que le mal ? Jenny et Didier découvriront qu’il n’y a pas de miracle sans contrepartie…
Plongée fascinante dans l’univers envoûtant du cabaret, Reikiller nous entraîne dans une incroyable course contre la montre et, par la force de son intrigue, explore les recoins les plus sombres de la spiritualité contemporaine.

Mon avis

Jenny est acrobate au Satyre Rieur. Elle est mariée à Didier, qui vient d’intégrer la Gendarmerie de Sarlat. Ils ont une petite fille de cinq ans, Luna. L’enfant a une tumeur cérébrale et les médecins apprennent à ses parents que la médecine traditionnelle ne peut pas la sauver, que c’est une question de semaines, peut-être moins.

Pour survivre, Didier se lance à corps perdu dans l’enquête qui mobile la brigade : la disparition de plusieurs touristes allemandes. Il passe un pari avec le destin : quand le coupable sera arrêté, sa fille guérira. Jenny, elle aussi, veut tout tenter. Pour cela, elle est prête à aller à l’encontre de ses croyances. Elle se tourne vers la patronne du cabaret qui l’emploie, Virginie. Cette dernière assure pouvoir agir pour Luna, avec l’aide du reiki, une technique de guérison ancestrale, controversée en France, qui utilise les flux d’énergie. La troupe est composée d’artistes, avec des blessures intérieures, que Virginie prétend aider. Hélas, les répercussions de l’enquête de Didier écrasent les espoirs de Jenny. Une course contre la montre commence.

Un premier corps est retrouvé et l’horreur est absolue quand apparaissent les tortures subies par la victime. Cette découverte mène à un véritable charnier. Vite, il faut sauver la dernière personne enlevée, avant qu’elle ne rejoigne la terre. Pour elle et pour Luna. Ce sol renvoie à une période sombre de l’Histoire et il est situé près du Château des Milandes, dans lequel a vécu Joséphine Baker. La meneuse de revue a participé, activement, à la Résistance et a été décorée de la croix de guerre et de la Légion d’honneur. De nombreuses grottes se trouvent à proximité de sa demeure. C’est dans ce territoire que, le soir, le Lébérou revêt sa peau de bête et vous saute sur le dos. C’est ce que dit la légende périgourdine, pourtant, Jenny l’a affronté en journée. Tous ces évènements empêchent l’envoi d’énergie pour guérir Luna. Pour la soutenir, ses parents doivent tenir et ne pas perdre espoir.

Ma présentation semble décousue, car de nombreux thèmes sont mêlés dans ce thriller. Cela déroutera peut-être certains lecteurs. En ce qui me concerne, j’ai aimé que chaque élément opacifie l’intrigue, la rendant mystérieuse. Lors du dénouement, les sujets, qui ne semblaient pas liés, s’imbriquent parfaitement et créent un tableau dans lequel chaque pièce est indispensable pour débusquer le coupable et son mobile.

Mon esprit cartésien aurait pu être dérouté par le fil conducteur du reiki, aussi j’ai apprécié que certains personnages y croient, que d’autres réfutent cette technique, quand les derniers, les parents de Luna s’y raccrochent. Le désespoir les ouvre à toutes les possibilités. Il n’abandonne pas la médecine conventionnelle, le reiki est un renfort, une chance de plus qu’ils s’offrent. Cependant, le monde occidental est-il prêt à appliquer les préceptes de cette pratique ? A ce sujet, Laurent Philipparie montre le bienfait que certains adeptes en retirent, mais aussi les déviances qui peuvent naître. Il ne prend pas position, il livre, simplement, la parole de chacun.

Reikiller interroge aussi sur les blessures non refermées et sur le besoin de connaître son histoire. Lorsque tous les faits sont dévoilés, le titre du livre prend tout son sens, il exprime l’essence de ce thriller. Que le reiki vous attire ou non, l’essentiel du livre n’est pas là, il est dans la tension, dans le suspense, dans le besoin frénétique de comprendre de quelle manière tout s’emboîte. Mais il est, aussi, dans l’espoir et la peur autour de la santé de cette petite fille de cinq ans. Ses jours sont comptés et ses parents ne sont pas à son chevet. Ils combattent d’autres démons avec l’espérance de tuer celui qui veut la prendre : la maladie.

J’ai énormément aimé ce suspense déroutant.

Je remercie sincèrement les Éditions Plon pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s