Mieux voir pour mieux vivre, Anne Lugon-Moulin

Mieux voir pour mieux vivre

Anne Lugon-Moulin

Editions Favre

Quatrième de couverture

Votre opticien vous prescrit des lunettes aux verres correcteurs toujours plus forts parce que votre acuité visuelle ne cesse de baisser Vous passez votre journée devant des écrans et voyez flou lorsque vous laissez vos yeux regarder au loin Vous avez autour de 45 ans et voulez réduire votre presbytie.

Anne Lugon Moulin myope, presbyte et astigmate, a vu son acuité visuelle se détériorer pour atteindre environ 3/100 à l’âge de 47 ans L’auteure a alors découvert une méthode d’amélioration naturelle de la vue basée sur les travaux du Dr Bates et d’autres praticiens Ce livre en présente une sorte de synthèse, à laquelle s’ajoutent les observations et techniques développées par l’auteure elle même Aujourd’hui, son acuité visuelle est remontée à 50/100 tandis que sa presbytie et sa sécheresse oculaire ont totalement disparu.

Des codes QR permettent d’accéder à des exercices vidéo.

L’auteure


Anne Lugon Moulin est actuellement ambassadrice de la Suisse en Côte d’Ivoire Sensible également aux arts et aux lettres elle a déjà publié de la fiction, notamment la nouvelle Le puits Sa pièce de théâtre Le ballet mal filmé fut jouée sur scène à Fribourg (Suisse) et Saint Louis (France) en 2010

Mon avis

Jusqu’à ses quinze ans, Anne Lugon-Moulin a eu une vue parfaite. Ensuite, pendant trente ans, sa vision n’a fait que se dégrader jusqu’à atteindre 3/100 d’acuité visuelle et huit dioptries de myopie : elle ne voyait presque plus rien. Inquiète de la dégradation permanente de sa vue, elle s’est documentée sur des méthodes naturelles, inspirées des travaux du Professeur Bates, avec l’objectif de vivre sans lunettes.

Dans le premier chapitre, elle retrace son parcours ophtalmologique et ses difficultés de plus en plus prégnantes dans sa vie quotidienne. Elle explique de quelle manière, elle a appliqué la méthode qu’elle propose et les progrès qu’elle a constatés. Dans la deuxième partie, elle détaille le processus. Elle indique des exercices et des codes QCR qui mènent à des vidéos les expliquant. Le troisième chapitre concerne son chemin intérieur et le quatrième donne des informations pratiques.

Il y a quelques mois, je suis allée chez l’ophtalmologue. J’attendais ce rendez-vous avec impatience, car j’avais constaté que mes lunettes de repos, qui corrigeaient un faible astigmatisme, ne me correspondaient depuis longtemps. Lorsque je lisais, les lettres s’entremêlaient et se dédoublaient. De plus, lorsque je regardais la télévision, j’étais incapable de lire les textes sur l’écran. Bien sûr, en raison des délais d’attente des ophtalmos, j’ai dû patienter. Après le contrôle de ma vue, le médecin s’est étonné que ma vue se soit tant dégradée. En plus de mon astigmatisme qui s’est aggravé, j’ai développé une myopie et une presbytie inexistantes, auparavant. Les examens de la cornée et de la rétine n’ont révélé aucun souci. Il m’a prescrit des verres progressifs et m’a indiqué que le problème pouvait venir de mes médicaments. Heureusement, l’opticienne a été très professionnelle et elle m’a bien conseillée : j’ai opté pour une paire de lunettes vision de près et une vision de loin. En effet, en raison d’un handicap, je suis allongée, la plupart du temps ; les verres progressifs n’auraient pas convenu.

C’est à ce moment-là que L’Agence Gilles Paris a proposé ce livre en service presse. Je me suis empressée d’accepter. Je venais d’apprendre que ma vue s’était fortement dégradée et je le vivais mal. Aussi, j’étais intriguée par cette méthode. Hélas, pour le moment, même si j’ai fait quelques-uns des exercices, je ne suis pas prête à appliquer les consignes. En effet, la méthode implique de ne pas mettre ses lunettes, dans la plupart des situations, même si cela crée un important handicap visuel (sauf pour conduire, évidemment). Or, depuis que j’ai des verres adaptés à ma vue, je me réjouis, presque chaque jour, de cette vision retrouvée. De plus, les maux de tête (qui étaient quotidiens) se sont un peu espacés. Enfin, l’auteure indique que pendant très longtemps, elle a dû se priver du plaisir de la lecture. C’est la seule activité que ma maladie me permet. Si je la supprime, je ne fais plus rien. Aussi, je ne suis pas prête à passer le pas et je ne peux vous dire si ce qui est préconisé dans ce guide est efficace.

En résumé, Anne Lugon-Moulin décrit de manière simple et claire la méthode qui lui a permis de retrouver une acuité visuelle. Le livre est complété par des exercices. Les codes QCR permettent de visualiser les étapes ces exercices. L’auteure indique qu’il faut plusieurs mois pour constater des progrès. En ce qui me concerne, je ne peux ni valider ni infirmer l’efficacité de cette thérapie naturelle.

Je remercie sincèrement les Éditions Favre et l’Agence Gilles Paris pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s