Si la bête s’éveille, Frédéric Lepage

Si la bête s’éveille

Frédéric Lepage

Editions Plon

Quatrième de couverture

Adam et le singe capucin se regardent droit dans les yeux. Lui ne voit plus en Clara un animal, mais un homoncule, une sorte d’enfant dépravé, une version dégradée et corrompue de tous les ancêtres de l’homme. L’animal en lui jauge l’homme en elle. Ce regard si sombre lui fait perdre ses repères. La peur le gagne, non celle des sévices qu’elle va lui faire subir, mais l’épouvante de ne plus savoir à quelle catégorie du vivant il appartient.
 
Adam, un jeune enquêteur du NYPD victime d’un inexplicable règlement de compte. Un crime atroce commis dans un immeuble maudit, le Dakota. Un singe auxiliaire de vie, censé aider le flic. Et soudain, entre eux, une haine incompréhensible. Le cauchemar peut commencer…
Arrive-t-on, lorsqu’on cherche l’animal en l’homme, à confondre les assassins ? Le mystère sera-t-il résolu avant que la bête s’éveille ?
 
Récit haletant, inattendu et terriblement original, Si la bête s’éveille est un véritable page-turner. Frédéric Lepage dompte les mots comme personne.

Mon avis

New-York. Adam est un jeune enquêteur du NYPD. La veille de son emménagement avec Angelina, sa future épouse, qui est également sa supérieure hiérarchique, il est victime d’une terrible agression, à l’intérieur de son appartement. La balle qui l’atteint dans le cou le rend tétraplégique. Après un long séjour à l’hôpital, Adam est autorisé à rentrer chez lui. Il lui est proposé une assistante de vie, nuit et jour. Elle s’appelle Clara et elle a déjà aidé des tétraplégiques, dans leur quotidien. L’appartement a la configuration idéale pour lui permettre de cohabiter avec son patient. Il y a de nombreuses poutrelles… ce qui pour un singe capucin est un vrai bonheur. Oui, celle qui va permettre à Adam de retrouver un peu d’autonomie est un petit singe femelle, tout mignon.

Tous les jours, l’inspecteur reçoit la visite des soignants, ainsi que celle d’Angelina. Cette dernière a mobilisé toute son équipe pour retrouver l’agresseur de son amoureux. Elle enquête, également, sur un meurtre commis dans un immeuble célèbre de la ville : le Dakota, ce lieu huppé où a été assassiné John Lennon et où ont vécu de nombreuses célébrités. Le corps d’une adolescente, Louise, a été découvert dans sa chambre, fermée de l’intérieur. La jeune fille a été tuée, puis violée après sa mort et ses doigts ont été brûlés. Adam, depuis son lit médicalisé, apporte son support, en effectuant des recherches sur les réseaux sociaux. Il est persuadé que ses collègues se trompent de coupable.

Grâce à Clara, il retrouve un peu d’indépendance. Elle lui apporte son café, veille sur lui, l’épouille comme s’il était un congénère… mais un jour, cette harmonie se rompt. Le comportement de l’animal change : sa tendresse se mue en agressivité, elle multiplie les mauvais coups, elle devient violente, etc. Lorsque Adam veut alerter son entourage, personne ne le croit : Clara se rebelle uniquement quand ils sont seuls. Il met en place des stratagèmes pour prouver ses dires, mais le petit singe parvient à les détourner. La vie de l’inspecteur devient un enfer et il a peur. Il décide d’étudier l’éthologie. Ce qu’il apprend est fascinant et il comprend que certaines de ses constatations s’appliquent aux humains : certains de nos actes résultent de notre part animale. Après avoir tenté quelques expériences qui confirment ses théories, il utilise ses thèses pour résoudre le crime du Dakota.

Comme je l’ai indiqué, précédemment, ce livre contient deux enquêtes, aussi passionnantes l’une que l’autre. Il comporte, également, deux ambiances : des moments très doux et des moments angoissants. Enfin, il mêle plusieurs genres : il est un polar, avec une bonne dose d’adrénaline, qui en fait un véritable page-turner, mais il est aussi un roman captivant sur les animaux et l’étude de leurs comportements. J’ai été fascinée par la transposition du comportement animalier sur celui des humains. J’ai adoré Si la bête s’éveille qui est un suspense original et subjuguant. J’aimerais beaucoup retrouver Adam, dans d’autres enquêtes.

Je remercie sincèrement Constance des Éditons Plon pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s