La promesse des jours heureux, Martine Pilate

La promesse des jours heureux

Martine Pilate

Éditions Christine Bonneton

Quatrième de couverture

Une simple lettre venue de Hongrie et c’est tout le passé qui resurgit après seize années de silence et de secret. Là, dans son exil au sein d’une campagne rude de l’Ardèche où il a réussi à faire sa place, Krisztian revoit sa vie en pays magyar : son enfance partagée entre la Grande Plaine auprès de sa grand-mère originaire de Nancy et sa vie à Budapest où ses parents possédaient une épicerie fine fréquentée par les notables, jusqu’à sa rencontre et son amour pour Beatrix, d’une famille viticole d’Eger, qui bouscula son destin.
Mais, lorsque les sentiments ne sont pas partagés, tout s’écroule. Il faut donc rebâtir pour préserver l’existence d’un enfant innocent. La vie est un ballet que l’on ne danse qu’une fois. Dès lors, les choix s’imposent…..

Mon avis

Une lettre, une simple lettre… et c’est tout le passé qui resurgit. Le cachet indique une date de mars 1936, le timbre est hongrois et Krisztian ne connaît pas l’écriture. Il retarde le moment de l’ouverture, par peur d’un danger. Cela fait seize ans qu’il vit, en Ardèche, avec sa compagne et son fils. Depuis sa fuite, il n’a pas pu retourner en Hongrie et il n’a pas revu les siens. Ce courrier l’inquiète : qui a découvert son adresse ? Puis, après sa lecture, le soulagement l’emporte, bien que son cœur se serre. Les souvenirs remontent. Il pense à son enfance heureuse, à Budapest, auprès de ses parents, propriétaires d’une boutique réputée d’épicerie fine. Il se souvient des vacances d’été, synonymes de liberté, dans la Grande Plaine, chez sa grand-mère, originaire de Nancy : la seule activité obligatoire était l’apprentissage du français et il adorait écouter les histoires que son aïeule contait. 

Il se remémore ses voyages, sa jeunesse et son amour fou pour Béatrix. Il l’aimait tant qu’il pensait qu’ils seraient heureux ensemble. Hélas, son épouse ne lui a jamais donné entièrement son cœur. Cependant, à la naissance de leur enfant, elle semblait submergée par un élan d’amour. Mais elle a été, très rapidement, rattrapée par ses envies de liberté. Elle confiait, alors, souvent, trop souvent, le petit à sa belle-sœur, qui était très attachée à lui. Pour le bonheur de son fils, Krisztian a été contraint à une terrible décision.

J’ai été passionnée par le récit des évènements qui ont conduit cet homme, si doux et si aimant, à faire le choix qui a changé sa destinée, mais aussi celle d’autres personnes. Martine Pilate relate tous les faits qui, pris seuls, n’auraient peut-être pas conduit à cette issue. Elle montre, également, que certaines acceptations paraissent la seule possibilité, mais engagent des répercussions qui ne sont pas prévisibles, lorsque des secrets sont tus. Lucinda, un des personnages principaux du roman, l’a compris, le soir de son mariage. Mais avait-elle une autre alternative ? Dans cette société patriarcale du début du XXe siècle, les jeunes filles sont sous l’autorité de leur père, puis de leur mari. J’ai aimé cette femme, qui semble effacée, mais qui déborde d’amour. Elle est pleine de rêves, pourtant, plusieurs fois dans sa vie, elle a pris des initiatives courageuses. Les circonstances lui imposaient de se décider, immédiatement, alors que cela allait bouleverser son existence entière, et elle n’a pas hésité, malgré les risques.

Dans La promesse des jours heureux, l’amour est présent sous différentes formes : passionné, réfléchi, assumé, caché, interdit, exaltant, destructeur, apaisant ou tourbillonnant. Le plus beau est celui envers un enfant et illustre les thèmes de la filiation, de l’amour parental et des sentiments supérieurs aux liens du sang. Préserver l’innocence d’un petit garçon justifie tous les sacrifices. L’exil est, aussi, un sujet majeur du roman : celui des ancêtres et celui vécu. Enfin, le récit est intégré dans le contexte historique de la Hongrie, à la fin du XIXe siècle jusqu’à l’année 1936, ce qui permet de comprendre les raisons des seize années de silence de Krisztian, cet homme qui m’a tant touchée.

J’ai adoré La promesse des jours heureux.

Petite confidence : l’auteure m’a donné envie de goûter un fruit de ma région, que ni mon époux, ni moi-même, ne connaissons.

Je remercie sincèrement Ségolène des Éditions Christine Bonneton.

De la même auteure

Les Soleils de sable

La Couleur oubliée de l’arc-en-ciel

Les roses sauvages du maquis

Le pays de l’impossible hiver

3 commentaires

  1. merci pour ce beau commentaire. Je suis heureuse que ce livre vous ai plu et transporté sous d’autres cieux. Quel est donc ce fruit qu’il vous a permis de découvrir ?

    Aimé par 1 personne

      1. merci de votre réponse. Depuis, j’ai écrit deux autres livres, aussi je ne me souvenais plus très bien.
        En tout cas, je suis très sincèrement touchée.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s