Qui ne tente rien, Jeffrey Archer

Qui ne tente rien

Jeffrey Archer

Éditions Les Escales

Quatrième de couverture

En entrant à la London Metropolitan Police Force, William Warwick réalise enfin le rêve de sa vie et se voit vite confier sa première affaire à haut risque : retrouver un Rembrandt inestimable qui vient d’être dérobé. Mais rien ne se passe comme prévu…
Peut-il vraiment avoir confiance en Beth Rainsford, l’assistante qui travaille au musée où a eu lieu le délit et dont il est en train de tomber follement amoureux ? Et que penser de ces collectionneurs qui surveillent William et semblent prêts à tout pour mettre la main sur
le tableau ?
Entre jeux de dupes et faux-semblants, triomphes et tragédies, Qui ne tente rien est immédiatement devenu un best-seller au Royaume-Uni et annonce l’une des oeuvres les plus marquantes de Jeffrey Archer.
« Un roman au rythme effréné où se mêlent faussaires, contrefaçons et arnaques. Digne des meilleures séries ! »
The Daily Express 

Mon avis

Alors que son père a tout tenté pour le convaincre de devenir avocat, comme lui, William Warwick réalise son rêve en entrant dans la Police. Les premiers mois, il est formé par Fred Yates, qui lui apprend les ficelles de la rue. Ses talents sont reconnus et il intègre la London Metropolitan Police Force. Il sait que son avenir professionnel sera conditionné par la conclusion de sa première affaire. Il doit retrouver un Rembrandt volé à un musée. Cette affaire met ses collègues en échec, depuis de nombreuses années.

L’amour se mêle au travail, quand il rencontre Beth Rainsford, l’assistante du musée, qui semble désirer autant que lui que le tableau soit retrouvé. William a, cependant, la sensation que la séduisante jeune femme lui ment. Qui est-elle réellement ?

Dans la préface, Jeffrey Archer indique qu’il s’agit du premier tome d’une série consacrée à William. Elle se passe dans les années 80. Le jeune homme vient d’un milieu aisé, a une « gueule d’ange » et il est trahi par son éducation : il est facile de cerner de quel côté de la loi, il se situe. Ses collègues s’en amusent et le taquinent, ce qu’il accepte avec humour. Il est attachant.

L’auteur indique que « ceci n’est pas un policier, mais l’histoire d’un policier. » Il est vrai que la vie personnelle de William s’entremêle aux enquêtes qu’il mène. Faussaires, arnaques, les malfrats doivent se méfier, car le nouvel inspecteur a un œil avisé. Le rythme est doux, en raison de la personnalité de William et effréné, à la fois, car il traite de nombreuses affaires, simultanément. Cela fait comme un effet tiroir. Nous suivons, aussi, le déroulement d’un procès captivant, auquel participe le père de William, en tant qu’avocat de la défense. Cette partie est passionnante, car elle montre que le destin d’un homme ne tient qu’à une page…

J’ai beaucoup aimé Qui ne tente rien et je retrouverai William Warwick, avec plaisir, dans de nouvelles aventures.

Je remercie sincèrement les Éditions Les Escales et Netgalley France pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s