La nuit des vendanges, Alain Delage

La nuit des vendanges

Alain Delage

Éditions de Borée

Quatrième de couverture

Depuis qu’il est veuf, Corentin partage sa vie entre son vignoble et l’organisation de manifestations caritatives au village. Lors d’une soirée, il rencontre Carmen, nouvelle arrivée au village. Ces deux-là tombent vite amoureux, mais quand Carmen expose son projet à Corentin, elle n’a pas son soutien : pourquoi s’intéresse-elle à la généalogie du village ? Corentin sent le danger de lourds secrets enfouis, sans se douter qu’il en sera le principal intéressé…

Mon avis

La nuit des vendanges montre la vie d’un village dans lequel tout le monde se connaît. Chaque année, la recherche de fonds pour le Téléthon fédère les habitants et crée du lien social. Corentin, âgé de soixante-deux ans, est le président du comité. Il est veuf et possède une vigne qui se transmet de père en fils. Comme celle de la plupart de ses voisins, sa famille a toujours habité la même commune. Aussi, Carmen, une Espagnole qui a emménagé depuis peu, propose de dresser l’arbre généalogique des villageois. Elle confie son projet à Corentin, mais ne reçoit pas le soutien qu’elle escomptait.

Le début des recherches de la retraitée hispanique menace la paix du village. Certains, détenteurs de secrets de famille, qui se transmettent de génération en génération, le pressentent et veulent contrer les révélations. Même Corentin, amoureux de la belle Carmen, commence à douter des intentions de sa compagne et s’inquiète de la zizanie que ses investigations pourraient provoquer. Il est si heureux des liens qui unissent tous les habitants. Il n’imagine pas que le passé enfoui, profondément, puisse le concerner…

La généalogie permet de retrouver ses ancêtres, mais aussi d’élargir le champ familial, de retrouver les vivants, ainsi que le prouvent les cousinades. Cependant, comme le démontre La nuit des vendanges, elle peut détruire des liens forts, lorsque les actes des ascendants se transmettent dans le secret et que se perpétue le poids de la honte ou de la rancœur. Elle peut aussi faire exploser des relations, quand les faits cachés sont plus proches, dans le temps. Il arrive aussi que certaines vérités réparent certaines souffrances, mais que leur émergence crée d’autres blessures. Et pourtant, ce qui fait mal à l’un est essentiel à l’autre.

Alain Delage questionne sur le besoin de connaître son histoire, il montre la douleur de celui qui ne connaît pas ses racines, mais aussi celle de celui qui découvre que sa vie est fondée sur des mensonges. Cependant, malgré le sujet, la lecture est vive et dynamique, rythmée par le suspense autour des mystères du passé et l’humour de l’auteur.

Et vous, avez-vous déjà fait des recherches sur votre famille ?

Je remercie sincèrement Virginie des Éditions de Borée pour ce service presse.

Du même auteur

Les rubans de la vengeance

L’enfant des murmures

Le dernier chant des cigales

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s