Le petit chat est mort, Xavier de Moulins

Le petit chat est mort

Xavier de Moulins

Éditions Flammarion

Quatrième de couverture

« Le petit chat est mort. Les mots sont une détonation. Les choisir pour l’annoncer aux enfants n’a pas été chose facile, alors je me suis résigné à faire simple, cinq mots et un point final. Court, cruel, monstrueux. »

Des petites choses et des plus grandes pour mieux vivre sous les orages à la saison des hécatombes.

Mon avis

Cela fait seize mois que mon petit chat, Voyou, est mort, presque trois ans que mon petit chien, Valmy, est mort et vingt ans que mon petit chat, Bébé, a disparu. Pas un jour ne passe sans que je pense à eux.

Dès le début de Le petit chat est mort, mon corps a été pris de frissons. Les mots de Xavier de Moulins percutent, les phrases sont si épurées, que ne reste que le sens profond de ce qui est dit, avec des formules si belles et si vraies. Le texte, conduit par l’émotion, se niche directement dans le cœur. Ce livre est l’exemple parfait qu’en chaque livre, il y a plusieurs histoires : celle que chacun ressent. J’ai lu ce que j’ai partagé avec Voyou et j’ai vu la relation qui commence avec Poupie.

Qui, après la perte d’un animal, n’a pas entendu cette phrase horrible : ce n’est qu’un animal ?  « Un animal qui s’en va, ça parle à l’âme des hommes autant que la mort des hommes » (p. 101) Voyou n’est plus là et Xavier de Moulins a écrit ce que mon cœur me dit, chaque jour. Très souvent, je réponds à ma fille, lorsqu’elle exprime son chagrin au sujet de la mort de Valmy et de Voyou, que c’est vrai, que cela fait mal, qu’ils nous manquent, mais que c’est justement parce que nous avons eu cette chance de les connaître et d’avoir partagé tant d’amour avec eux. Ma puce et moi avons, alors, toutes les deux, des larmes dans les yeux et un sourire timide aux lèvres. C’est ainsi que j’ai terminé Le petit chat est mort : le cœur serré, des larmes qui roulaient et un sourire ému.

L’auteur écrit : « A mon temps gagné, je suis écrivain. Je saigne des mots d’argile et j’existe vraiment. » Vos mots, Xavier de Moulins, sont magnifiques.

Ce livre m’a tellement touchée que je n’ai pas su écrire de chronique sur lui, j’ai juste fait perdurer le souvenir de Voyou, de Valmy, de Bébé, de Ioggy, de Mikito, de Chouky et de tous les autres. Vous me manquez, mais je suis heureuse de vous avoir aimés et d’avoir été aimée de vous.

Du même auteur

La vie sans toi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s