Écrit dans le sang, Edmonde Permingeat

Écrit dans le sang

Edmonde Permingeat

Éditions de l’Archipel

Quatrième de couverture

La jeune Maya, une rousse sulfureuse, tombe en panne un soir d’été devant la grille de la Giraudière, un manoir perdu en pleine campagne tarnaise. Elle y est accueillie.

Mais, à peine installée dans cette étrange demeure où vit la famille Rascol, la « belle aux yeux de chatte » va jouer de sa séduction pour exacerber tous les conflits latents. Aucun membre de cette grande fratrie n’échappera à son emprise.

Quelques jours plus tard, elle disparaît de façon subite et inexpliquée… Avec les taches de sang laissées sur le tapis et les murs, sa chambre a tout d’une scène de crime.

Qu’est-il advenu de Maya ?

Une intrigue psychologique où jalousie et vengeance distillent un suspense angoissant.

Agrégée d’allemand, Edmonde Permingeat se consacre désormais à l’écriture de thrillers psychologiques. Fascinée par la gémellité, elle est l’auteure de Tu es moi, Le crime est dans le pré (éd. Nouvelles Plumes, 2016 et 2017) et de Sans mon ombre (L’Archipel, 2019). Elle réside dans la Drôme.

Mon avis

Stéphane Rascol, qui habite le manoir familial, à l’année, se sent envahi lorsque ses frères viennent y séjourner, chaque été, même s’ils ont chacun leur aile. La fratrie est composée de lui-même, professeur et écrivain, de Frédéric, avocat, et de Clément, qui travaille dans les pompes funèbres. Ces derniers sont accompagnés de leur épouse et de leurs enfants, qui sont de jeunes adultes.

Un jour, Maya, une belle jeune fille sulfureuse, tombe en panne, à proximité du domaine. Hugo, le fils de Frédéric, propose de la loger, le temps des réparations. Il fait rentrer le loup dans la bergerie. L’attitude de la jeune femme exacerbe les tensions. Elle est séductrice avec les hommes et perfide avec les femmes. Elle semble être très manipulatrice et s’amuse à souffler le chaud et le froid.

Seulement, quelques jours après son arrivée, elle disparaît. Sa chambre est une véritable scène de crime : des taches et des éclaboussures de sang laissent envisager le pire. Chaque membre de la famille avait une bonne raison de tuer Maya, certains par vengeance, d’autres pour en tirer un bénéfice. Aussi, ils cachent ses affaires et ne préviennent pas la police. Cependant, avant sa disparition, la jeune fille a eu le temps de distiller son poison et les conflits familiaux s’enveniment.

Dans ce suspense, le thème de la dualité est très présent. Cela commence par Maya, qui semble jouer un double jeu, jusqu’à ses hôtes. Une seule personne est simplement détestable, il s’agit de Frédéric. L’empire Rascol est entaché d’un secret, que Stéphane a exploité, dans son premier livre, qui a été un best-seller. Or, l’écrivain ne parvient pas à renouveler l’exploit. Hugo est un jeune homme séducteur et épicurien, mais un jour, il franchit la ligne rouge. Sa jumelle, Marion, est très possessive et jalouse. Matthieu, le fils de Clément, pense connaître l’amour alors que la réalité est autre. Il en est ainsi pour chaque personnage : des éléments en font des suspects désignés et d’autres les dédouanent. Les personnalités sont détaillées et les ombres sont dévoilées. Edmonde Permingeat nous manipule. Même lorsque nous sommes certains de connaître la vérité, elle nous fait douter.

Maya n’a passé que quelques jours au manoir. Cela a été suffisant pour détruire l’apparente entente des Rascol. Les ressentiments s’expriment, les querelles s’amplifient et les conséquences sont dramatiques. Comme un jeu de dominos, les problèmes s’enchaînent, en cascade, chacun étant la conséquence du précédent.

Je ne peux rien vous révéler, mais la conclusion est surprenante, totalement inattendue et absolument magistrale. Elle change notre vision des évènements. Après l’avoir découverte, j’ai repris mon souffle et j’ai lu, tranquillement, l’épilogue, jusqu’à cette phrase qui m’a déstabilisée et a tout bouleversé. La fin est à l’image du livre entier : des rebondissements savoureux qui remettent tout en cause et se jouent de nous.

J’avais adoré Sans mon ombre et il en est de même pour Écrit dans le sang.

Je remercie sincèrement Mylène des Éditions de L’Archipel pour ce service presse.

De la même auteure

Sans mon ombre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s