La Demoiselle à l’éventail, Lyliane Mosca

La Demoiselle à l’éventail

Lyliane Mosca

Éditions Presses de la Cité

Collection Terres de France

Quatrième de couverture

A vingt-trois ans, Raffaele a des rêves plein la tête, le coeur généreux et une passion pour la photographie. Depuis la mort de sa mère, elle a dû mettre ses aspirations de côté pour veiller sur ses frères et soeurs. Mais le destin lui offre la chance de rencontrer son écrivain préféré, Sacha Aubanel, de passage à Menton. Celui-ci, attiré par le mélange de fragilité et de fraîcheur de la jeune fille, lui propose de le guider dans la cité. Moments enchantés pour l’un et l’autre : elle est sous le charme ; lui aussi, mais son coeur est déjà pris. Et puis Sacha vit loin, à la lisière du pays franc-comtois, dans une nature secrète qui l’inspire et adoucit tant bien que mal le manque de son frère, disparu mystérieusement.
Mais, si le chemin vers le bonheur est semé d’embûches, sinon de cruelles vérités, la demoiselle du Sud et l’homme du Nord savent qu’il en vaut la peine…

Mon avis

Raffaele a vingt-trois ans et habite à Menton. Depuis la mort de sa mère, en plus de son emploi, dans un hôtel, c’est elle qui gère la maison familiale : repas, ménage, elle prend soin de son père et de ses frères et sœurs qu’elle adore, etc. Un jour, son écrivain préféré, Sacha Aubanel, fait une séance de dédicaces. Ils sont charmés, l’un et l’autre, et décident que la jeune fille servira de guide à l’auteur. Pendant quelques jours, ils vivent de très bons moments, de ceux que l’on chérit plus tard en y repensant, avec nostalgie. Il ne s’est rien passé entre eux : Raffaele est amoureuse, mais Sacha vit avec la belle Astrid, qu’il aime sincèrement, bien qu’il la trouve secrète.

Lorsque Sacha rentre dans son village, près de Langres, une relation épistolaire s’installe entre la belle du Sud et l’homme du Nord. Les échanges sont timides, au début, puis deviennent plus tendres. Raffaele est une jeune fille émouvante et passionnée. Un jour, elle est victime d’un chantage odieux qui risque de gâcher sa vie. Quant à Sacha, il découvre qu’Astrid n’est pas celle qu’il pensait. Elle lui a caché des pans complets de son passé. Alors que Raffaele entend la peine qu’il ressent au sujet de la disparition inexpliquée de son frère, il y a plusieurs années, sa compagne ne lui apporte aucune écoute. Il trouve refuge dans l’écriture et dans la nature franc-comtoise.

Ces vies sont inextricablement liées. Avec sensibilité et chaleur, Lyliane Mosca décrit les sentiments et émotions des personnages. Elle crée une complicité avec nous, lecteurs, en donnant des indices sur le fil qui entoure et qui se tisse autour des protagonistes. Nous sourions, car nous devinons ce qu’eux ne savent pas et anticipons le moment de leur découverte. Une attente se crée autour de ces révélations et nous avons l’impression que l’auteure nous met dans la confidence. J’ai adoré cette sensation. De plus, Lyliane Mosca maintient en permanence notre intérêt. En effet, lorsque nous découvrons un lien, elle nous révèle un autre secret qui découle, souvent, du précédent. Un mystère en cache un autre et cela aiguise notre envie de connaître toute la vérité. Le tout avec une crainte que cela nuise à certains.

Je me suis beaucoup attachée à Raffaele, qui est une jeune fille au cœur généreux, et à Sacha, qui est un homme sensible. J’ai été très touchée par leurs sentiments que la distance, leurs responsabilités et leurs engagements rendent impossibles. La belle demoiselle à l’éventail devient alors la muse de l’écrivain et une tendre amitié les unit. D’autres personnes m‘ont émue et sans eux, l’intrigue n’aurait pas eu la même douceur. Les thèmes traités sont aussi très forts et d’actualité : l’émancipation familiale, la quête d’identité, des secrets, l’acceptation des différences, la réalisation des rêves, etc.

Enfin, j’ai aimé la description des lieux, que ce soit, dans le Sud et dans le Grand Est. Les paysages et le patrimoine sont dépeints précisément, avec des mots qui provoquent la rêverie. Lyliane Mosca montre la richesse et la beauté de chaque région et donne envie de les découvrir. J’ai aussi apprécié la part d’autobiographie autour du métier d’écrivain.

J’ai adoré La Demoiselle à l’éventail, qui est un roman empli de sensibilité, de tendresse et d’émotion, avec une intrigue épicée par des secrets.

Je remercie sincèrement Clarisse et Marie-Jeanne des Éditions Presses de la Cité pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s