Les Demoiselles, Anne-Gaëlle Huon

Les Demoiselles

Anne-Gaëlle Huon

Éditions Albin Michel

Quatrième de couverture

« Il n’y a que trois règles ici, Rosa. La première : ne jamais tomber amoureuse. La deuxième : ne jamais voler l’homme d’une autre. La dernière : ne boire que du champagne millésimé. »

Seule l’une de ces trois règles sera respectée.

J’avais quinze ans quand j’ai pris la route ce matin-là, et une seule idée en tête : rejoindre le Pays Basque, devenir couseuse d’espadrilles, et échapper à mon destin. Jusqu’à ce que je rencontre les Demoiselles. Des femmes fantasques et mystérieuses vivant au milieu des livres, des jarretières et des coupes de champagne. Qui étaient-elles ? Quel secret cachaient-elles ? Libres et incandescentes, accompagnées d’un majordome plus grand qu’une cathédrale, d’un chauffeur louche et d’un perroquet grivois, les Demoiselles n’auraient jamais dû croiser ma route. Pourtant, ces femmes ont changé ma vie.

Mon avis

En 1923, Rosa, une Espagnole âgée de quinze ans, convainc sa sœur, de partir travailler, en France, quelques mois, pour se constituer un trousseau. Comme d’autres jeunes filles, elles veulent rejoindre Mauléon, la capitale de l’espadrille, dans le Pays Basque.

Lorsque j’ai commencé Les Demoiselles, j’ai imaginé une lecture légère et humoristique. Je n’avais pas envisagé que, dès les premiers chapitres, mon cœur allait être happé. J’ai compris, immédiatement, que c’étaient les émotions qui allaient m’emporter. Le début du livre relate la traversée périlleuse des Pyrénées par les couseuses. Pendant le périple, une tragédie se produit.

Les premières semaines, en France, sont difficiles pour Rosa. Elle peine à s’intégrer aux hirondelles, comme sont appelées ses compatriotes. Un événement malheureux est à l’origine de sa rencontre avec les Demoiselles, ces femmes qui changent sa vie. Auprès de Colette, Véra et Thérèse, Rosa se révèle, elle s’ouvre à la vie et s’affirme en tant que femme libre.

Au fil du temps, elle découvre le passé de ses amies protectrices et les liens qui les unissent. Les demoiselles sont des femmes libérées qui osent être elles-mêmes et vivre comme elles le souhaitent. Elles tendent la main à ceux qui en ont besoin et ne jugent pas. Elles sont pétillantes, elles se soutiennent et respectent les choix de chacune. Elles ont connu le « luxe, les scandales, le plaisir et la volupté » de la Belle-Epoque. Cependant, des secrets sont dévoilés et menacent ce bonheur.

Quelques hommes tiennent un rôle important : le roman ne serait pas le même sans Lupin, Henri, etc., sans oublier Gédéon, le perroquet grivois et le protégé de Rosa, un chat espiègle. Mais c’est surtout une histoire de femmes qui assument leur vie d’indépendance et de liberté, et qui sous leur caractère fantasque, cachent certaines souffrances, des regrets et un cœur immense. Elles sont courageuses et volontaires et se donnent les moyens de vivre leur vie pleinement.

L’auteure a mêlé des personnages réels à ceux nés de son imagination. Il s’agit de couturiers célèbres, d’acteurs et des femmes que l’on appelait les Cocottes. De nombreux sujets sont abordés dans ce roman et ils se marient harmonieusement. J’ai eu la sensation que l’auteure avait déroulé un très long tapis rouge, que le lecteur le suivait, et qu’au fil de l’avancée, Anne-Gaëlle Huon ajoutait des fleurs sur le chemin : certaines très colorées, d’autres avec des épines. Notre regard est panoramique. Le récit virevolte, il pétille, s’assombrit et éclate de couleurs chatoyantes : il se vit et se ressent. C’est un tourbillon d’émotions et de sensations.

J’ai eu un coup de cœur pour Les demoiselles, qui m’a fait passer du rire aux larmes. J’ai été aussi émue que je me suis amusée.

Je remercie sincèrement Claire des Éditions Albin Michel pour ce service presse.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s