Puzzle de Brest, Yann Le Rest et Pascale Tamalet

Puzzle de Brest

Yann Le Rest et Pascale Tamalet

Éditions Calmann-Lévy

Territoires

Quatrième de couverture

Jeu de piste macabre dans la cité du Ponant.

Un vent de panique s’empare de l’aquarium d’Océanopolis à Brest quand on découvre des restes humains en suspension dans un bassin.

Le capitaine Hadrien Fox, qui commande le commissariat du port, tient une piste intéressante quand il apprend la disparition récente de deux membres de l’équipage du Sea Paradise, un paquebot de croisière retenu à Brest par une avarie. D’autant plus qu’un clochard affirme avoir vu des hommes en combinaison noire porter deux sacs assez grands pour contenir des macchabées près du bureau des Affaires maritimes.

Mais s’il y a un lien entre les deux affaires, comment des morceaux de cadavre ont-ils pu se retrouver dans l’aquarium d’Océanopolis  ?

Pour trouver la réponse, Hadrien Fox va devoir plonger en eaux troubles au cœur d’un trafic terrifiant qui mettra en émoi les plus hautes autorités…

Mon avis

Lors d’une sortie scolaire à l’aquarium d’Océanopolis, à Brest, des enfants découvrent un doigt, vernis, dans le bassin des requins. Il faut vite contenir la classe, avant l’arrivée de la police.

Dans le même intervalle, le capitaine Hadrien Fox (avec un H, il y tient) apprend la disparition de deux membres de l’équipage d’un bateau de croisière, le Sea Paradise. Des informations lui sont remontées au sujet d’hommes qui parleraient peut-être russe et ne seraient vraiment pas des gentils. Puis, un cadavre est retrouvé sur le paquebot, mais il ne s’agit pas d’un des disparus.

Hadrien et son équipe cherchent à assembler les pièces du puzzle et les découvertes mettent le capitaine en fâcheuse posture.

Je pourrais faire des reproches à ce livre. En effet, les faits s’emboîtent assez facilement, je me suis laissé porter sans me torturer les méninges, les indices arrivant assez facilement jusqu’aux enquêteurs. Le suspense ne m’a pas tenue en haleine, comme on peut l’attendre d’un polar. Cependant, j’ai beaucoup aimé Puzzle de Brest que j’ai ressenti comme une enquête policière, dans une ville de province. Je l’ai lu comme un roman de terroir. Aussi, sa parution dans la collection Territoires me semble très judicieuse.

Selon moi, la force de cet ouvrage se situe dans ces personnages. J’ai adoré les enquêteurs. Dans certaines chroniques, il était reproché un côté machiste à Hadrien, alors que pour moi, sa caractéristique principale est son humanisme. Il prend soin d’un de ses témoins, un SDF, qu’il connaît et on ressent le respect mutuel. Il a pris sous son aile, un stagiaire prometteur, qui a des soucis d’obéissance et Hadrien est paternaliste avec lui. Il est aussi très ami avec sa collaboratrice Maïwenn et j’ai aimé leur complicité. J’ai aussi été amusée par le lien qui l’unit à son mainate, au caractère un peu acariâtre. Enfin, il fait preuve d’autodérision, allant jusqu’à se ridiculiser pour rendre service.

Le récit est vivant, car entrecoupé de dialogues et de touches d’humour, et il est rythmé.

Mon regret est qu’un rebondissement, à la fin, reste assez mystérieux. Mais comme je le disais précédemment, même si Puzzle de Brest est différent de ce que j’escomptais, j’ai passé un très bon moment, grâce aux caractères des personnages, que j’aimerais beaucoup retrouver dans un nouvel opus.

Je remercie sincèrement Adeline des Éditions Calmann-Lévy pour ce service presse.

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s