Le naufragé, François Colcanap

Le naufragé

François Colcanap

Éditions Slatkine & Cie

Quatrième de couverture

Dans ce petit port de la côte Atlantique, au tournant des années 1960, la vie est simple, rythmée depuis toujours par la mer et la pêche. Chacun y tient sa place, dans un ordre immémorial. Il y a le tenancier du bar du port, le garagiste “Courapied”, la librairie-bazar “T’y trouves tout”… Et Joseph, notre narrateur. Joseph est fils unique, il grandit choyé par sa mère et dans l’adoration de son père, marin-pêcheur. La vie semble toute tracée. Jusqu’à ce qu’un drame fasse voler cette douce enfance en éclats.

La chronique bouleversante d’un homme libre ballotté par l’époque. Un roman poignant sur la vanité du temps et la fin d’un monde.

Mon avis

Dans le foyer de Joseph, il y a la mère, le père et lui. Ils ne parlent pas beaucoup, mais ils s’aiment. La mère s’occupe de ses hommes, avec amour, pour qu’ils ne manquent de rien. Le fils admire son père, pêcheur, et l’adoration semble être réciproque. Même si les mots ne le disent pas, les attitudes et les actes l’expriment.

Un jour, un drame se produit et Joseph doit se construire seul. Il est déjà grand et ses choix sont influencés par sa vie d’avant et l’envie de marcher dans les traces de son père. Même lorsqu’il décide de suivre une autre voie, grâce à une merveilleuse rencontre, la marque de ses parents est là : il est guidé par leurs valeurs humaines.

Le récit se déroule dans une petite ville portuaire, dans les années 60. La vie, qui semble immuable, avec la boutique de Madame « T’y trouves tout », le garagiste « Courapied », est menacée par l’urbanisation et la robotisation. Joseph accepte mal ce changement, lui qui prône l’humain avant la richesse financière. Cette tranche de vie décrit la vie d’un jeune homme, entre deux mondes : celui qu’il a toujours connu et celui en pleine mutation économique. Malgré la perte de repères, il veut rester celui qu’il a toujours été. Il pose un regard sans concession sur le monde de l’argent, mais il s’en amuse. Et si le bonheur n’était qu’une succession de petits plaisirs, de partage et de simplicité ?

Conclusion

Le naufragé est un roman doux sur un homme qui veut rester fidèle à lui-même et à ce que ses parents lui ont transmis, dans un monde qui évolue. C’est, également, une tranche de vie sur l’apprentissage de la vie, sans les êtres chers, et avec la perte de repères. J’ai trouvé la fin un peu abrupte, cependant, je trouve son message magnifique. J’aurais, simplement aimé, quitter Joseph, sur la pointe des pieds, en douceur.

Je remercie sincèrement Marion des Éditions Slatkine & Cie pour ce service presse.

2 commentaires

  1. Ah. Pendant que je lisais ta chronique, je me disais que j’aimerais bien lire ce livre. L’époque et le lieu où se déroule cette histoire me plaisent bien, mais les fins abruptes me laissent une sensation d’inachevé.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s