Je ne veux pas être jolie, Fabienne Périneau

Je ne veux pas être jolie

Fabienne Périneau 

Éditions Plon

Quatrième de couverture

Un roman puissant et lumineux à l’image de son héroïne, empreint de justesse et d’émotion.

« Tout le monde m’appelle Jo. Mon frère, ma sœur, mon oncle, ma tante.

Je déteste.

Jo, c’est un raccourci pour ne pas flâner en chemin, c’est le dernier des frères Dalton, un boxeur, une peluche, un chien, mais ce n’est pas Georgia.

Pour aller vite, ma mère aussi m’appelle Jo. Georgia c’est trop long à dire, et il y aurait tant à dire.

 » Jo, mets ta chemise ! Tu es très jolie avec. »

Ça aussi je déteste. 

Si j’avais pu ne pas être jolie, rien, peut-être, ne serait arrivé.»

Georgia aurait dû rester, pleurer. Pleurer sa mère. Cette mère dont elle a attendu, espéré, pendant plus de trente ans, un geste, un mot. Cette mère pour qui aujourd’hui, elle revient à l’Hôtel du Bord des vagues où justement tout est arrivé. Elle rejoint sa famille qui ne sait rien. Mais voudra-t-elle vraiment savoir?

Mon avis

Au décès de sa mère, qui était malade, les yeux de Georgia restent secs. Jusqu’au bout, la jeune femme a espéré un geste, une écoute, une reconnaissance, mais rien n’est venu. Avec la mort de sa mère, s’éteint la possibilité de parler de ce lourd secret. Ce non-dit remonte à la mémoire de Georgia, elle laisse la place à la petite fille de huit ans. Elle la laisse enfin parler, elle que personne n’a écoutée. Elle tente de se confier à son frère et à sa sœur, mais ils ne veulent pas entendre : pourquoi le dire maintenant ? C’était il y a si longtemps. Non, non et non, Georgia rompt le silence, elle révèle le secret familial, elle brise les chaînes, elle empêche que les faits se reproduisent d’une génération à l’autre. On veut encore la faire taire, Georgia, on le sait, dans la famille, elle est toujours en train de se plaindre. Elle a des éclats, mais elle revient toujours.

Ne les écoute pas, Georgia. Fabienne Périneau montre que c’est toi qui es courageuse, tu es une battante et tu es lumineuse. Tout ce que tu fais, tu le fais avec passion : aimer tes enfants, sauver les arbres, tomber amoureuse. Malgré ce poids que tu portes, tu as construit ta vie, tu n’as pas eu de conduites destructrices envers toi-même. Tu es une vraie maman, même si, toi, tu n’en as plus depuis le jour où elle n’a pas choisi son enfant.

J’en avais eu l’intuition en lisant la quatrième de couverture : dès les premières pages, ce texte a fait désespérément résonance en moi. Fabienne Périneau, à quelques « détails » près, raconte mon histoire avec des mots superbes que je n’aurais jamais su écrire. Plusieurs fois, il m’a fallu reprendre ma respiration et laisser refluer mes émotions. Hélas, nous serons nombreux à nous retrouver en Georgia, Fabienne Périneau parle de nous de manière poétique et magnifique, aussi, ceux qui ne se reconnaîtront pas nous entendront. Je n’ai pas pleuré en lisant Je ne veux pas être jolie, mais je le fais en écrivant ma chronique.

Conclusion

Ce roman est bouleversant et d’une grande beauté. Avec une écriture poétique et brûlante de vérité, Fabienne Périneau traite des relations fille-mère et celles entre frères et sœurs et délivre Georgia du secret. Elle fait entrer la lumière dans sa vie, car oui, ce texte est lumineux et il est, également, empli d’espoir et de tendresse.

Pour le moment, c’est mon plus gros coup de cœur de cette rentrée littéraire.

Sortie le 9 janvier 2020

Je remercie sincèrement les Éditions Plon pour ce service presse.

3 commentaires

Répondre à lagalactheque Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s