Celle qui pleurait sous l’eau, Niko Tackian

Celle qui pleurait sous l’eau

Niko Tackian

Éditions Calmann Levy

Quatrième de couverture

SI CLARA N’AVAIT PAS AIMÉ CET HOMME,

ELLE SERAIT TOUJOURS EN VIE.

Aujourd’hui, Clara n’est plus qu’un dossier sur le bureau de Tomar Khan. On vient de la retrouver morte, flottant dans le magnifique bassin Art Déco d’une piscine parisienne. Le suicide paraît évident.

Tomar est prêt à fermer le dossier, d’autant qu’il est très préoccupé par une enquête qui le concerne et se resserre autour de lui. Mais Rhonda,son adjointe, peut comprendre pourquoi une jeune femme aussi lumineuse et passionnée en est venue à mettre fin à ses jours. Elle sent une présence derrière ce geste.

Pas après pas, Rhonda va remonter jusqu’à la source de la souffrance de Clara. Il lui faudra beaucoup de ténacité – et l’appui de Tomar – pour venir à bout de cette enquête bouleversante.

QUI RENDRA JUSTICE À CELLE QUI PLEURAIT SOUS L’EAU ?

Mon avis

Un matin, dans le bassin d’une piscine parisienne est retrouvé le corps d’une jeune femme. La thèse du suicide paraît la plus probable, mais Rhonda, l’adjointe de Tomar n’arrive pas à fermer ce dossier. Elle veut comprendre ce qui aurait pu pousser Clara à mettre fin à ces jours.

Tomar, quant à lui, est préoccupé par l’arrivée d’une nouvelle procureure qui semble déterminée à enquêter sur lui.

C’est le troisième livre mettant en scène l’équipe Khan. Il me semble qu’à chaque opus, les personnages prennent plus d’épaisseur et de profondeur et laissent davantage filtrer leur humanité. A travers eux, on ressent l’empathie et l’intérêt pour la cause féminine que Niko Tackian semble porter. En effet, l’enquête qui obsède Rhonda traite de violence et de maltraitance psychologiques de la part d’hommes qui profitent de la fragilité de certaines femmes. De plus, par la voix de la mère de Tomar, comme un fil conducteur dans la vie de notre enquêteur adoré, l’auteur traite des violences conjugales et également du courage des femmes. Une fois encore, Ara m’a touchée par un geste fort et désintéressé. Tomar est un homme sensible, entouré de femmes battantes. 

L’enquête qui pèse sur les épaules de Tomar est une véritable menace. Pour la stabilité de sa relation avec Rhonda, il est important pour lui de connaître la vérité. En raison de sa maladie, il n’a aucun souvenir de ses actes. Il risque gros dans tous les domaines, mais il est prêt à tout tenter pour découvrir la réalité des faits, il veut savoir s’il est coupable ou non.

Avant de lire Celle qui pleurait sous l’eau, j’avais participé à l’enquête sur le site PciAgent. J’avais adoré le concept et je n’avais qu’une hâte, c’était de lire le livre. Il a été à la hauteur de mes espérances, car je l’ai adoré.

Conclusion

Ce polar traite d’un sujet peu connu et provoque une véritable prise de conscience. Sans entrer dans les détails pour ne pas spolier, j’ai aimé que l’auteur alerte sur la manipulation psychologique et montre le manque de réponse à cette maltraitance. De plus, j’ai ressenti, avec bonheur, que Niko Tackian n’en avait pas fini avec l’équipe Khan et je pense qu’il a encore des enquêtes à nous offrir. J’ai, moi-même, été manipulée par l’auteur, car j’ai suivi, plusieurs fois, de fausses pistes. Enfin, j’ai aimé le soin qu’il a apporté à étoffer les portraits des personnages me permettant de m’attacher de plus en plus à eux.

Je remercie sincèrement Adeline des Éditions Calmann-Lévy pour ce service presse.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s