Où le coeur se pose, Tamara McKinley

Où le cœur se pose

Tamara McKinley

Éditions de l’Archipel

Quatrième de couverture

Peut-on respecter sa promesse lorsqu’on subit les ravages de la guerre ?

Février 1941. Julie travaille dans le quartier de l’East End, à Londres, quand un bombardement détruit la maison dans laquelle elle a grandi, anéantissant tous les siens, à l’exception de son neveu William, un nourrisson.

Déterminée à tenir la promesse qu’elle a faite à sa sœur de veiller sur William jusqu’à ce que Bill, son père, rentre du front, elle accepte un poste de sage-femme à l’hôpital de Cliffehaven, sur la côte sud-est de l’Angleterre.

La famille Reilly, qui dirige la pension du Bord de Mer, la prend sous son aile. Mais bientôt, Julie apprend que Bill est porté disparu… tandis que William tombe gravement malade.

À son chevet, Julie craint de perdre ce petit ange qu’elle commençait à aimer comme son propre fils.

Mon avis

1941. Le même jour, Julie perd ses parents et sa sœur adorée, à qui elle a promis de veiller sur son bébé, jusqu’à ce que son père rentre de la guerre. La maison familiale est détruite, aussi, elle quitte Londres, afin de mettre William à l’abri des bombardements. Elle accepte un emploi dans un cabinet médical de Cliffehaven, où vit sa sœur aînée. Cette dernière ne peut pas l’aider. C’est la famille Reilly qui la prend sous son aile.

C’est le quatrième tome de La pension du Bord de Mer. Chacun peut se lire indépendamment, mais je pense qu’en les lisant dans l’ordre, il y a un charme supplémentaire et le plaisir de retrouver des personnages aimés.

J’ai adoré Julie. C’est une jeune fille courageuse, qui tient ses promesses et qui a plein d’amour à donner. Justement, elle en donne énormément au petit William, qu’elle aime comme son fils et de qui elle prend un très grand soin. Pour cela, elle a la chance d’être épaulée par sa logeuse. La guerre ne l’a pas épargnée, elle a perdu tous les siens. A son arrivée à Cliffehaven, elle pense souffler. Malheureusement, les épreuves ne sont pas terminées pour elle : un sauvetage dans des conditions très difficiles, la jalousie que certaines éprouvent à son encontre, la santé de William qui est très fragile, le fait d’élever un enfant, en étant seule, etc.

Dans cet opus, la famille Reilly est malmenée par la vie. Il y a des angoisses et des pleurs dans la pension. Ses habitants restent soudés et la chaleur que Peggy a créée les entoure. Ils en ont besoin. On en apprend aussi plus sur certains personnages, Jim, par exemple. Certains pans du passé sont révélés et expliquent certaines situations.

Conclusion

Ce tome est plus sensible et déchirant que le précédent. Il m’a énormément émue. La profondeur des sentiments de Julie envers son neveu, avec la menace de séparation si le père revient du front, les épreuves que vit la famille Reilly, la bienveillance de Peggy, avec malgré tout, son caractère affirmé, etc, les liens qui unissent les habitants de la pension et qui réchauffent le cœur, le tout sous fond de danger dû aux bombardements, sont des éléments qui m’ont beaucoup touchée. 

J’ai adoré Où le cœur se pose et ma prochaine lecture est l’ouvrage suivant de la série Quand on ne peut oublier. Il est sorti le 13 novembre 2019.

De la même auteure

Si loin des siens (tome 2 de la saga)

L’espoir ne meurt jamais (tome 3 de la saga)

La route de Savannah Winds

Les fleurs du repentir

Une pluie d’étincelles

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s