Otage, Aloysius Wilde

Otage

Aloysius Wilde

Éditions Chaka

Mon avis

La quatrième de couverture me semble trop bavarde, aussi, je ne la publie pas.

Lors d’une course-poursuite avec la Police, la voiture de deux truands est accidentée. Ils se réfugient dans une école et prennent en otage, une classe de maternelle : trente enfants et leur maîtresse. Les forces de l’ordre ont fait venir les parents sous un faux prétexte. Les médias se déchaînent et la journaliste Adielle vit son plus grand moment de télé. Un homme tente le tout pour le tout. Est-ce de l’inconscience ou de l’héroïsme ? 

Sur la couverture, il est écrit que si vous lisez le chapitre 1, vous êtes foutu. J’ai tenté l’expérience et je le confirme, tout mon programme a été fichu en l’air : impossible de lâcher Otage. Le corps contracté, attentive aux moindres détails, j’ai lu ce livre, suspendue aux mots d’Aloysius Wilde. L’histoire traite d’un sujet qui est source d’angoisse pour moi. En tant que maman, la pression était maximale.

Plus d’une fois, je me suis demandé quel était le premier métier de l’auteur, tant la cohérence des faits, l’enchaînement des événements, les réactions de la Police, celles des preneurs d’otages et celles des séquestrés m’ont semblé crédibles et la construction du récit incroyablement réfléchie.

Le livre est découpé en tranches horaires. Nous voyons les heures défiler, la tension augmentant avec les heures qui passent. Plusieurs versions des faits sont données : celle de la Police, des journalistes, des parents et des otages et cela crée un climat anxiogène et nous en arrivons à nous méfier de tous. Par moments, la pression retombe avec des dialogues remplis d’humour et un changement de rythme, mais nous n’oublions pas cette course contre la montre.

Otage montre également les dérives de la course à l’actualité, avec les chaînes en continu, la course au scoop ou au reportage poignant qui entrave le travail des forces de l’ordre et met en danger les victimes. Il montre aussi de quelle manière peut se construire l’image d’un influenceur. 

L’écriture est percutante avec des changements de ton ou de niveau de langage en fonction du personnage qui s’exprime.

Conclusion

Otage est un page-turner que j’ai adoré. Les rebondissements, un suspense immense, les qualités d’écriture, l’humour et les pistes de réflexion sur les attitudes de chacun lors d’un drame m’ont tenue en haleine.

Je vous le recommande.

Je remercie sincèrement Aloysius Wilde pour l’envoi de son livre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s