Les livres d’Emett Farmer, Bridget Collins

Les livres d’Emett Farmer

Bridget Collins

Éditions JC Lattès

Quatrième de couverture

Et s’il était possible d’effacer le chagrin, de soulager la peine, de dissimuler les secrets pour toujours ?

Le jeune Emmett Farmer travaille sur les terres familiales quand une lettre le convoque pour commencer son apprentissage. Il va devenir enlivreur, un art qui inspire la peur, la méfiance, et suscite bien des superstitions.

Sous l’œil attentif de Seredith, son maître, Emmett apprend peu à peu à confectionner de magnifiques ouvrages destinés à préserver un trésor unique : les souvenirs. Le passé, désormais enlivré, sera conservé à l’abri des regards dans un caveau, afin que tout soit oublié. Même les secrets les plus terribles.

Un jour, Emmett fait une découverte troublante : l’un de ces livres porte son nom.

Un roman initiatique sur la mémoire et l’oubli et une histoire d’amour, portée par une écriture poétique.

Bridget Collins est auteure de livres pour la jeunesse et de pièces de théâtre. Les Livres d’Emmett Farmer est son premier roman pour adultes.

Mon avis

Emett se remet d’une longue maladie. Lui-même ne se souvient pas de ce qui s’est passé durant cette période, il sait juste que cela a perturbé l’équilibre familial et ressent qu’il y a un lien avec les livres. Un jour, il reçoit une convocation pour commencer son apprentissage : il va devenir un enlivreur.

Mais quel est cet art qui suscite tant de désapprobations et de peurs ? Se faire enlivrer consiste à se libérer des souvenirs que l’on souhaite oublier en les enfermant dans un livre. Ce dernier est conservé dans un caveau afin que les secrets de chacun ne soient pas découverts.

Certaines chroniques sont plus difficiles à écrire que d’autres, pour diverses raisons. Celle sur Les livres d’Emett Farmer en fait partie. En effet, en parler fait prendre le risque de révéler sa magie. Comment donner envie de le lire, car oui, il faut le lire, sans en révéler l’essence ? 

Il y a plusieurs lectures de cette histoire. Tout d’abord, le texte brut, qui maintient en éveil, par le mystère qui entoure l’intrigue et le suspense qui en découle. On veut savoir ce qui est arrivé à Emett et à d’autres personnages, mais l’auteure distille des bribes de son passé. Les informations sont données avec parcimonie et notre imagination s’envole. Cela fait partie du plaisir de cette lecture : celui de tout envisager et de rêver. A chaque fois que je devais arrêter de lire, l’histoire me hantait, je revoyais ce qu’il s’était passé, je repensais à des passages marquants et je réfléchissais aux éléments que je n’avais pas. Je cherchais la clé du mystère.

Ensuite, ce livre questionne sur les peurs que les livres peuvent engendrer. Il provoque une réflexion sur leur place dans nos vies d’amoureux de la littérature ainsi qu’une envie de dire la beauté de cette passion et de convaincre ceux qui s’en méfient. Il interroge également sur ce qu’un écrivain révèle de lui lorsqu’il écrit. Ne s’enlivre-t-il pas ? Il n’est jamais dit à quelle époque se déroule l’histoire, en ce qui me concerne, je l’ai datée au XIXe siècle. Une partie de fantastique se mêle à l’histoire, une part de magie qui permet à Bridget Collins de donner vie aux livres.

Enfin, j’ai vu un parallèle avec le phénomène d’amnésie traumatique. Lorsque ce que nous avons vécu est si insupportable que notre cerveau « l’enlivre » et que des réminiscences et des flash-backs provoquent un mal-être que nous n’arrivons pas à nommer tant que notre parole n’est pas délivrée. Même si le consentement de l’enlivré est demandé, a-t-il toujours le choix, si une personne, ayant autorité sur lui, lui impose afin de garder la possibilité de répéter le mal ou pour transformer sa nature profonde ?

Le texte est puissant, l’écriture est superbe et poétique. On peut ressentir une certaine langueur, car cette histoire renvoie à l’intime. En le lisant, des questionnements éthiques, que je vous laisse découvrir, se présentent à nous.

Conclusion

J’ai adoré Les livres d’Emett Farmer. Le mystère, la très belle histoire d’amour, des superbes passages sur l’objet-livre, le suspense de l’intrigue m’ont captivée. Ce livre est très original, non seulement par l’histoire relatée par Bridget Collins, mais aussi par celle que le lecteur écrit. C’est un roman qui se vit à l’intérieur.

J’espère vous avoir intrigué au sujet de ce roman fascinant, car il est magnifique. Il est difficile d’en donner les raisons sans révéler l’histoire.

C’est un coup de cœur que je vais garder longtemps en mémoire.

Je remercie sincèrement Élise des Éditions JC Lattès pour ce service presse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s