Dans le miroir de Valeria, Elisabet Benavent

Dans le miroir de Valeria

Elisabet Benavent

Éditions de l’Archipel

Mon avis

Ce deuxième tome est encore plus chaud que celui d’avant. Pendant la première partie, les scènes érotiques s’enchaînent. Moi, qui ne suis pas habituée à ce genre de lecture, j’ai eu l’impression que ce livre ne serait que ça, et ce n’était pas le souvenir que j’avais de la saga. Cela ne me dérangeait pas, j’ai trouvé cela croustillant, mais il me manquait quelque chose. Ensuite, l’histoire prend un virage et le sexe passe au second plan, laissant la place à l’amitié et aux questions plus profondes, et toujours avec beaucoup d’humour.

Si vous n’avez pas lu Dans les pas de Valeria, ne lisez pas la suite de cet avis. Vous pouvez lire, sans risque de spoil, ma chronique sur le premier tome, mais ne lisez ma critique sur Dans le miroir de Valeria que si vous savez comment se termine l’ouvrage précédent.

Voici le lien 

Dans les pas de Valeria

Valeria a quitté Adrian et vit une histoire de très grande intensité avec Victor. Il est certain qu’ils sont compatibles sexuellement. Mais lorsque les choses s’accélèrent au niveau sentimental, la jeune femme doute et se laisse envahir par la peur de la déception. 

Même si j’ai eu envie de dire à Valeria d’arrêter d’anticiper la fin de son histoire d’amour, ses questionnements ont permis au roman de prendre un nouveau virage. J’ai apprécié de rentrer dans le cœur de Valeria et ses copines. Lola est celle de qui je me suis sentie la moins proche, mais qui m’a fait rire. J’ai été sensible à la prise de conscience de Nerea, que j’ai trouvée plus accessible et moins distante que dans le premier tome. Celle avec qui j’ai ressenti le plus de proximité est Carmen. Cette dernière a rencontré sa belle-famille et je n’ai pu que comprendre sa colère face à Puri, la mère envahissante de Barto. On peut lui prédire, malheureusement, qu’elle va vivre avec un enfer avec sa belle-mère. Une scène entre les deux femmes est glaçante et malheureusement, certaines femmes sont ainsi.

Dans cet opus, il est moins question de soirées. Les quatre filles se confient plus sur leurs couples, on découvre leur manière de fonctionner et de voir les relations homme-femme. Elles représentent chacune une facette de la femme amoureuse.

Victor est le personnage masculin le plus présent. J’ai aimé découvrir l’homme sous la carapace. Et je dois dire que je comprends Valeria : il est émoustillant.☺️

Conclusion

J’ai adoré la suite de la saga Valeria. C’est toujours rempli de peps et d’humour. Les quatre amies ont toutes évolué et ont toutes envie de donner une autre direction à leur vie. J’ai trouvé cela intéressant de les voir changer, sans que ce soit abrupt, la transition se fait de manière imperceptible au départ, mais elle a des conséquences importantes. En bien ou en mal ? À vous de juger…

J’ai hâte de lire le troisième tome.

De la même auteure

Dans les pas de Valeria

Je remercie sincèrement Mylène des Éditions de l’Archipel pour ce service presse.

Quatrième de couverture

La suite trépidante des aventures de Valeria et de sa bande d’amies

Valeria, qui s’est séparée d’Adrian, est tombée dans les bras de Victor. Mais, après un début de relation enflammée, elle commence à s’interroger… A-t-elle fait le bon choix  ?

Heureusement, ses amies de toujours sont là, à qui elle peut se confier. Et réciproquement. Car Lola, elle aussi, se pose des questions. Est-elle encore amoureuse de Sergio, l’homme qui a plaqué sa fiancée pour elle, avant qu’elle le rejette ? Carmen, de son côté, semble heureuse d’avoir enfin franchi le pas avec Barto, même si elle pressent que la mère de ce dernier va se montrer envahissante… Seule Nerea semble garder le cap et la tête froide. Mais les apparences sont souvent trompeuses…

Valeria a aussi une autre source d’inquiétude. Elle vient enfin de terminer son deuxième roman. Elle en est satisfaite et son éditeur est enthousiaste. Mais comment ses amies réagiront-elles quand elles découvriront leurs histoires de cœur et leurs ébats intimes étalés au grand jour ? En attendant, les quatre amies sont de nouveau réunies et s’apprêtent à sortir faire la fête.

C’est drôle, c’est vif, ça pétille et ça passe aussi vite qu’une soirée entre filles. On s’est à peine embrassées qu’il est déjà l’heure de se quitter.

3 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s