Ghost in love, Marc Levy

Ghost in love
Marc Levy
Éditions Robert Laffont

Quatrième de couverture

Ils ont trois jours à San Francisco. Trois jours pour écrire leur histoire.
Que feriez-vous si un fantôme débarquait dans votre vie et vous demandait de l’aider à réaliser son voeu le plus cher ?


Seriez-vous prêt à partir avec lui en avion à l’autre bout du monde ? Au risque de passer pour un fou ?
Et si ce fantôme était celui de votre père ?

Thomas, pianiste virtuose, est entraîné dans une aventure fabuleuse : une promesse, un voyage pour rattraper le temps perdu, et une rencontre inattendue…
Digne des plus belles histoires de Capra et de Billy Wilder, Ghost in Love donne envie de croire au merveilleux.

Mon avis rapide

Après avoir lu un thriller très noir (HS7244), j’avais besoin de douceur et de magie. C’était le bon moment pour lire le dernier livre de Marc Levy.

Le père de Thomas est décédé depuis cinq ans, lorsqu’il se manifeste à Thomas. Il a besoin d’aide pour réaliser un de ses vœux les plus chers. Pour cela, il leur faut aller à San Francisco. Ils vivent trois jours d’une grande intensité.

J’ai adoré Ghost in love. Deux niveaux de lecture sont possibles. J’ai eu envie de croire à celui que les mots disaient, à celui qui n’est possible que par la magie de l’amour. Marc Levy m’emmène où il veut, je le suis, je me laisse porter et je crois à tout ce qu’il me dit. S’il écrit que Thomas prend l’avion avec son père décédé, je vois la scène. Mais derrière l’aventure merveilleuse de ce père et ce fils, Marc Lévy parle des non-dits, de cette pudeur qui empêche de parler de nos sentiments lorsque nos proches sont encore là. Faut-il espérer une nouvelle chance pour les exprimer ? Ce roman donne envie de profiter de ceux que l’on aime tant qu’ils sont encore là. Il montre aussi qu’au-delà des paroles, il y a les actes. Les plus belles preuves d’amour se trouvent dans l’attention que l’on nous porte.

J’ai lu Ghost in love en moins de 24 heures. Ce rappel des premiers romans de Marc Levy est un conte merveilleux, empli d’humour, et que j’ai refermé avec tendresse.

Du même auteur

Une fille comme elle

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s