Après les ténèbres, Martine Delomme

Après les ténèbres
Martine Delomme
Éditions de l’Archipel

Quatrième de couverture

Quand le passé n’a pas livré tous ses secrets…

Marion partage sa vie entre Bordeaux, où elle étudie le droit et l’histoire de l’art, et la ville d’Apt, en Provence, où ses parents tiennent une prospère fabrique de fruits confits.
De retour auprès des siens, elle entre comme stagiaire au cabinet de Me Goldberg, dont la carrière politique s’annonce brillante. Troublé par le charme et l’entrain de Marion, l’ambitieux notaire l’invite à visiter le domaine familial pour admirer les toiles de maître de son père, célèbre marchand d’art. Mais un tableau de Matisse intrigue la jeune femme : ce Soleil couchant à Collioure ne fait-il pas partie des œuvres d’art réputées introuvables depuis la Seconde Guerre mondiale ?
Cette découverte pourrait bien bouleverser le destin de Marion et de ceux qu’elle aime…

Mon avis

Marion, une étudiante en droit et histoire de l’art, commence un stage de quatre mois dans l’étude notariale de Maître Goldberg. Elle est enthousiaste et pleine de joie de vivre.

Sensible à son charme, Fabien Goldberg l’invite à une réception dans le domaine de sa famille. Alors que Marion admire les toiles de maître du père de son patron, un tableau de Matisse retient son attention. Elle croit se souvenir qu’il fait partie des œuvres d’art disparues depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle en parle à sa sœur aînée. Cette dernière, avocate, est très impliquée dans une association qui tente de retrouver les œuvres spoliées par les nazis afin de les rendre à leurs propriétaires.

L’intrigue, qui semble simple et agréable, au départ, prend de l’épaisseur au fil des pages. En effet, l’histoire qui semblait être une romance difficile, en raison des vingt ans qui séparent les amoureux et de leurs différences de milieux sociaux, devient plus complexe et trouve ses ramifications dans le passé.

Vaut-il mieux déterrer les secrets pour rendre justice avec le risque de détruire ce que l’on a construit ou les laisser enterrer et vivre en paix ?

Après les ténèbres traite, avec brio, de la disparition des œuvres d’art après la guerre. Il décrit les actions de l’OCBC, l’Office Central de lutte contre le trafic de biens culturels, ainsi que celles des associations qui tentent de rendre justice à toutes ces familles spoliées pendant la guerre. Des passages sont poignants. Il est également une saga familiale passionnante, ainsi qu’une belle histoire d’amour. Il contient aussi du suspense. Quant à la fin, elle m’a autant ébranlée qu’elle a bouleversé les personnages concernés. Je ne l’ai absolument pas vu venir et elle m’a scotchée et secouée. C’est le type de conclusion que l’on n’oublie pas en raison de sa puissance.

Conclusion

J’ai adoré Après les ténèbres. C’est une histoire qui paraît d’une grande simplicité, au départ, et se révèle d’une grande consistance émotionnelle et historique, avec un suspense exponentiel.

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s