Andoni, La fuite, Marc Etxeberria-Lanz

8BC2294F-CE42-4DEE-BABB-ACE9F70CBE69

 

Andoni, La fuite

Marc Etxeberria-Lanz

Publishroom

 

Présentation éditeur

 

En ce mois de juillet 1936, Andoni et Telesforo deux enfants de huit ans jouent au football dans un square d’Irún. Cette partie sera leur dernière car quelques jours plus tard, le général rebelle Mola met le Pays basque à feu et à sang. Le père d’Andoni, Iñigo Larunari-Atxeari, en bon soldat discipliné, s’en va rejoindre les milices basques restées fidèles à la République. À l’inverse, le père de Telesforo, le juge Gonzalo trahit sans vergogne la cause basque qu’il venait d’épouser, pour rejoindre le camp de la rébellion !

L’enfance d’Andoni et de Telesforo vient d’être plongée à tout jamais dans les affres de la violence indicible d’une guerre civile. Il ne reste plus qu’à accompagner la fuite d’Andoni pour essayer de reconstituer ces temps de violence extrême, née de l’alliance discrète des élites économiques avec les militaires fascistes ! La Seconde Guerre mondiale vient de débuter en Euzkadi…

 

Mon avis

 

Ce livre débute en 1936, alors que la guerre d’Espagne commence. Le Pays basque est enflammé, des membres de la même famille combattent les uns contre les autres. La mère d’Andoni, Ana, décide de fuir avec ses enfants et de s’exiler en France. Son mari, en bon soldat, reste pour combattre aux côtés des milices basques. Il ne sait pas s’il reverra sa famille.

 

La première partie dépeint le cadre historique et politique. Il m’a fallu rester attentive, car ce contexte est compliqué à comprendre. Cette mise à sang du Pays Basque a eu des répercussions dans toutes les familles. Des frères se battaient les uns contre les autres, celui qu’on prenait pour un allié est peut-être un ennemi, etc. L’auteur décrit minutieusement les enjeux et les conséquences de cette guerre. C’est très intéressant mais pas toujours facile à assimiler.

 

Cependant, il était nécessaire que l’auteur décrive le climat comme il l’a fait. La fuite d’Andoni avec sa maman et ses deux frères était plus facile à appréhender. Marc Etxeberria-Lanz montre les difficultés d’intégration pour les Espagnols arrivés en France. La peur et la méfiance des étrangers étaient très fortes. Les brimades étaient régulières. Personne ne savait ce qu’il se passait réellement en Espagne.

 

Dans cet exil, Ana fait preuve d’un grand courage. Elle pense à l’avenir de ses enfants. Certaines portes se ferment devant eux et d’autres mains se tendent…

 

Conclusion

 

Ce roman est d’une grande richesse historique. Cela est passionnant, mais demande parfois de la concentration pour bien comprendre les ramifications du conflit en Espagne. Cela précise les enjeux pour la famille d’Andoni et la partie romanesque commence à travers leur destin.

 

J’ai beaucoup aimé Andoni, la fuite et j’ai très envie de lire la suite qui promet des moments palpitants.

 

Je remercie sincèrement Anaelle des Editions Publishroom pour ce service presse.