Les roses du marais, Luca Tahtieazym

1A08FB6A-4A60-4D0A-BC76-72F425A3CAAE

 

Les roses du marais

Luca Tahtieazym

Auto-édité

 

Quatrième de couverture

 

1935, dans le marais poitevin.

 

Au milieu des roses, ivre d’amour, un homme chérit follement les femmes qui traversent sa vie.

 

Mais quand les cœurs ne battent plus à l’unisson, quand les braises des amours déchues cessent de se consumer, des secrets profondément enfouis ressurgissent ; des secrets qu’il eût mieux valu ne jamais déterrer…

 

Mon avis

 

Nous sommes en 1935. Les parents d’Agathe, vingt et un ans, veulent la marier. Elle, elle ne rêve que de quitter la Bourgogne. Son père lui a choisi un bon parti : Achille Boisseleau. Or, le monsieur a quarante-deux ans. Mais, lorsque Agathe écoute aux portes et entend ses parents parler de Venise, Achille devient intéressant à ses yeux.

 

Après le mariage, Agathe emménage … dans le marais poitevin. Avec son mari, elle découvre les plaisirs de l’amour. Cependant, elle regrette qu’Achille ne soit pas plus disponible. Il y a du bovarysme en elle.

 

Ce roman, qui relate plusieurs décennies de la vie d’Achille, est divisé en quatre parties. Chacune est racontée par une voix différente et correspond au personnage qui s’exprime. Ainsi, lorsque c’est Agathe, le niveau de langue est soutenu, alors que quand c’est Angus, un vagabond, le langage est plus familier. Le vocabulaire est, lui aussi, adapté à l’époque.

 

A travers la vision des quatre protagonistes, Luca Tahtieazym décrit la période entre deux guerres, puis celle de l’occupation et enfin, celle d’après-guerre. C’est autant un roman noir, qu’un de terroir, avec des éléments historiques. J’ai, par exemple, découvert qu’il y avait eu des attentats en France, le 11 septembre 1937. La date m’a tellement interpellée que j’ai fait des recherches à ce sujet. Dans cette histoire, il y a de la passion, de la noirceur, des drames, de l’humour, mais aussi de beaux actes. J’ai ressenti une attraction-répulsion envers tous les personnages, excepté pour le chien Monhjette, que j’ai aimé sans conditions.

 

Chaque partie se clôt par une surprise, voire un choc. Il est donc impossible de stopper la lecture. Volontairement, je ne vous dis rien sur l’intrigue, car l’auteur sait ménager ses effets. Je peux simplement indiquer que la couverture et le titre sont en totale adéquation avec l’histoire.

 

Conclusion

 

J’ai adoré Les roses du marais. Je ne savais pas quel genre de livre, j’allais lire et j’ai été agréablement surprise. C’est encore une superbe réussite de Luca « Tatiemachin », comme il aime se faire appeler.

Je remercie sincèrement Luca Tahtieazym pour ce service presse.

 

 

AA77C8CC-96D7-44B4-8D8E-B1354C42D3A5

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s