Aya, Marie-Virginie Dru

Aya

Marie-Virginie Dru

Éditions Albin Michel

Présentation éditeur

Aya, c’est toute l’âme de l’Afrique, sa sensualité, sa magie et sa rudesse. Aya, c’est une fille de douze ans, pas encore une femme, belle comme un soleil, et qui ne rêve que d’épouser son petit amoureux, Ousmane. Main dans la main, ils se promènent sur les bancs de sable de Karabane avant de plonger dans l’eau, où ils croisent Moussa de retour de la pêche dans sa barque bleue.

Ce paradis, Aya ne l’abandonnerait pour rien au monde, s’il n’y avait ce terrible secret qui la fait grandir trop vite et qu’elle ne peut partager avec personne. Contrainte de fuir son île, elle va peut-être se libérer du poids qui lui coupe le souffle et se forger enfin un destin.

Une magnifique histoire de résilience que la plume sensuelle, poétique et envoûtante de Marie-Virginie Dru, grande amoureuse du continent africain, fait vibrer tel un chant initiatique.

Mon avis

Petite Aya, j’ai essayé de garder un œil distancié, mais ton histoire m’a rattrapée. Dès le prologue, le lecteur sait les souffrances que tu endures. Mais toi, tu es encore une petite fille, tu n’as pas conscience que ce n’est pas de ta faute. Tu es encore innocente et tu t’émerveilles pour des choses simples de la vie. Pourtant, tu as été obligée de grandir très vite depuis que ton père est mort accidentellement et que ta mère s’est réfugiée dans un monde irréel.

En parlant d’autres mondes, ton frère est parti tenter sa chance, ailleurs, pour vous. Il est un migrant, comme on dit. Tu aimerais avoir de ses nouvelles.

Ma douce Aya, ta route, heureusement, a croisé celle de Camille. Et si elle te donnait les clés d’une autre existence ? Peut-être que grâce à elle, tu trouveras le chemin de la résilience, même si pour cela, il te faudra faire des sacrifices.

Avec mes yeux d’Occidentale, certains de tes choix m’ont fait mal, mais je les ai respectés.

Je ne suis pas entrée, immédiatement, dans ton histoire, mais très vite, tu m’as touchée, sans que tu le cherches. Marie-Virginie Dru parle de toi sans prendre un ton dramatique et avec de la poésie.

Tu es un personnage de fiction, Aya, mais il existe beaucoup de petites filles comme toi. J’espère que grâce à ton histoire, elles sauront qu’il y a, à Dakar, la Maison Rose qui vient en aide aux femmes et aux adolescentes en souffrance. Cette structure existe réellement.

Je remercie sincèrement Babelio et Les Éditions Albin Michel pour cette masse Critique privilégiée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s