Je ne cours plus qu’après mes rêves, Bruno Combes

86CB9799-D346-41D5-AC1A-F63470428CF8

Je ne cours plus qu’après mes rêves

Bruno Combes

Éditions Michel Lafon

Quatrième de couverture

Je m’appelle Louane, j’ai dix-huit ans. Ma vie est facile, enfin, je l’ai cru ; je ne me suis jamais vraiment posé la question. Jusqu’au jour où…

Je m’appelle Laurene, j’ai trente-neuf ans. J’ai cherché le bonheur et, en même temps, je l’ai fui dès qu’il s’approchait. Jusqu’au jour où…

Je m’appelle Louise, j’ai soixante-dix-sept ans. Mon existence m’a comblée et a été d’une parfaite tranquillité. Jusqu’au jour où…

Nous ne nous connaissions pas. Rien ne laissait prévoir l’aventure que nous allions partager. Nos vies allaient en être bouleversées.

Trois femmes, trois solitudes, mais un point commun : elles ne veulent plus renoncer à leurs rêves.

Mon avis

Louane, dix-huit ans, vient de rater son bac. Elle est emmurée dans un schéma familial.

Laurène, trente-neuf ans, est emprisonnée par son poste aux ressources humaines et son fonctionnement avec les hommes.

Louise, soixante-dix-sept ans, est enfermée par ses enfants dans une maison de retraite.

Elles ne se connaissent pas, mais le hasard des rencontres fait qu’elles deviennent amies. Ou est-ce le destin ? Elles sont les 3 « L ». Leur amitié leur donne l’envie de reprendre leur liberté et la force de tenter de briser leurs chaînes pour enfin vivre leurs rêves.

Chaque chapitre commence par un texte qui amorce le sujet et qui donne à réfléchir. C’est joliment tourné et je me suis attardée plusieurs fois sur la poésie des mots et des images.

Ces trois personnalités féminines sont attachantes. Je les ai toutes aimées, chacune avec son vécu et sa vision du monde. Leurs liens, qui dépassent les générations, sont émouvants. Leur union leur permettra-t-elle de réaliser leurs rêves ? Malgré leur solitude, elles ne sont pas seules et leur entourage tente de s’interposer.

Ce sont des épreuves qui vont les faire se connaître. Je ne vous révélerai pas lesquelles, car j’ai aimé les découvrir. Malgré les difficultés et des moments douloureux, Je ne cours plus qu’après mes rêves est un roman lumineux qui fait du bien. J’ai aimé la magie de cette aventure humaine, qui m’a fait passer par une large palette d’émotions, de la peine à la joie. Mais la sensation qui m’imprègne, après cette lecture, est celle de la douceur.

Enfin, Louise m’a fait penser à ma mamie que j’aimais tant. J’aurais aimé que cette femme extraordinaire, qui a tant compté pour moi, ait eu la possibilité faire ses choix.

J’ai énormément aimé Je ne cours plus qu’après mes rêves. Il y a un peu de Louane et de Laurène, en moi, et j’espère avoir la bienveillance de Louise, plus tard.

Je remercie sincèrement Bruno Combes et les Éditions Michel Lafon pour ce service presse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s